France
URL courte
10416
S'abonner

Plusieurs interpellations et gardes à vue ont été signalées samedi 24 août dans le cadre du dispositif de sécurité du G7 de Biarritz. La préfecture ne précise pas le lieu ni le contexte de ces interpellations.

Soixante-huit personnes ont été interpellées samedi 24 août dans le cadre du dispositif de sécurité du G7 de Biarritz, et 38 d'entre elles ont été placées en garde à vue, a indiqué la préfecture des Pyrénées-Atlantiques.

Les gardes à vue sont intervenues «notamment pour participation à un groupement en vue de commettre des violences ou dégradations, possession d'objets susceptibles d'être utilisés comme arme par destination, dissimulation de visage et jet de projectile», a précisé la préfecture. 

Jointe par l'AFP, la préfecture n'a pas souhaité préciser si ces interpellations avaient eu lieu au fil de la journée, en amont ou autour des manifestations, ou en un endroit précis de l'agglomération Biarritz-Anglet-Bayonne. 

Elle n'a, par contre, fait état d'aucun blessé au terme d'une manifestation non autorisée samedi soir à Bayonne, qui a rassemblé plusieurs centaines de personnes. Elle a donné lieu à de brefs heurts entre forces de l'ordre et manifestants, avec usage de canons à eau, de gaz lacrymogènes, et d'au moins une grenade de désencerclement.

Après avoir reçu des jets de projectiles, et «après sommations, policiers et gendarmes ont brièvement fait usage des moyens collectifs de défense pour contenir les débordements. Pas de blessés, ni de commerces dégradés», a pour sa part indiqué la préfecture dans un tweet.

Quelque 13.200 policiers et gendarmes ont été déployés dans la région de Biarritz dans le cadre du dispositif de sécurité du sommet du G7, par crainte de manifestations pouvant donner lieu à des violences.

Lire aussi:

Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
Le corps d’un homme mort depuis six ans découvert grâce… à des pigeons
Macron au Liban: cette «déambulation dans les rues ressemblait plus à une campagne à l’adresse des Français»
Une pétition demande un placement du Liban sous mandat français pendant dix ans
Tags:
dispositifs, garde à vue, France, interpellation, Biarritz, G7
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook