France
URL courte
7815
S'abonner

Près de deux mois après son tournage, le clip d’un rappeur niçois qui dénonce les agressions subies quotidiennement par les forces de l’ordre, a été relayé sur le Net. Le maire de la ville et le préfet font l’éloge du chanteur pour son initiative.

Tourné début juillet, le clip du rappeur niçois Karim Bouchagour, alias Kaotik 747, dénonçant les violences que subissent quotidiennement les policiers et les pompiers, a été publié le 29 août sur YouTube.

La vidéo, baptisée #Projet18, met en scène un jeune qui caillasse les pompiers du toit de son immeuble et s'aperçoit ensuite que c'est sa propre mère qui les a appelés. Les secours doivent faire demi-tour et son père s'effondre victime d'un malaise cardiaque.

«Nice n'est pas connue comme une ville de rap. Après ce projet, ça va changer», a lancé Kaotik. «Nice va devenir une ville de rap mais de rap positif».

Le maire et le préfet le remercient

«C'est d'une actualité brûlante», a commenté le préfet des Alpes-Maritimes Bernard Gonzalez, évoquant, sans donner de chiffres, «une hausse inquiétante des violences contre les personnes dépositaires de l'autorité publique» et remerciant le chanteur Karim Bouchagour, alias Kaotik 747, pour son initiative.

«Non, la jeunesse de ce pays n'est pas pourrie!», a ajouté le préfet, en écho au maire (LR) Christian Estrosi qui a avoué avoir eu à surmonter «un a priori pas si favorable» pour le rap, «cet art sans doute le plus entendu par notre jeunesse» mais dont «on est plus habitué à ce que certains en fassent un usage d'incitation à la violence, à la barbarie quelque fois».

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
Tags:
violences, police, Christian Estrosi, Nice, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook