Ecoutez Radio Sputnik
    braderie de Lille, image d'illustration

    Le stand LREM est pris pour cible lors de la braderie de Lille

    © AFP 2019 PHILIPPE HUGUEN
    France
    URL courte
    471135
    S'abonner

    Une quinzaine de personnes ont jeté des projectiles et de la bière sur le stand LREM à la braderie de Lille. Un militant a été blessé. Le stand a été fermé et démonté.

    Le stand de La république en marche (LREM) à la braderie de Lille a été la cible d' «insultes et de violences» samedi 31 août, au cours desquelles un militant a été blessé, ont indiqué des responsables du mouvement.

    Aux alentours de 18H00, Violette Spillebout, candidate LREM aux municipales de Lille, et Stanislas Guerini, délégué général du mouvement, se sont rendus sur le stand avec une délégation peu après l'inauguration du QG de campagne de la candidate. 

    «Une quinzaine de personnes, alcoolisées et agressives ont jeté des projectiles et de la bière sur le stand», a indiqué à l'AFP l'équipe de la candidate. «Nous avons appelé la police et nous ne sommes pas restés sur place», a-t-elle ajouté. 

    Selon la même source, il semble que ces violences «visaient le mouvement dans son ensemble plus que la candidate car le groupe avait déjà commencé à chahuter le stand dès le matin aux cris de “Macron démission”». 

    «J'apprends qu'il y a eu des violences contre des militants d'En Marche. C'est inacceptable et totalement contraire à l'esprit de notre ville», a écrit sur Twitter la maire (PS) de Lille, Martine Aubry.

    Gigantesque vide-grenier annuel, la braderie de Lille, la plus grande d'Europe, accueille également des stands de mouvements, partis politiques et associations.  Comme le rappelle l'AFP, ces dernières semaines, au moins une quinzaine de permanences de députés ou de locaux du parti ont été murés, tagués ou vandalisés, suscitant une condamnation de l'ensemble de la classe politique.

    Tags:
    braderie, La République en Marche! (LREM), Lille, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik