France
URL courte
15816
S'abonner

Suite aux grèves de juillet 2019, le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a suggéré le «retrait de salaire» pour les professeurs qui avaient refusé de corriger les copies du baccalauréat. Environ 2.000 personnes seront concernées, a déclaré M. Blanquer lors d’une intervention sur le plateau de France Info au sujet de la réforme du lycée.

À l’heure de la rentrée scolaire, le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer a évoqué une baisse des salaires pour environ 2.000 professeurs suite à la grève survenue pendant la correction des copies du baccalauréat.

«Quand on fait grève, il y a retrait de salaire. Ça concerne environ 2.000 personnes. Ça représente environ 1% des 200.000 correcteurs. On applique les règles et ça se répercutera sur les mois de septembre, octobre, novembre», a martelé M.Blanquer, invité le 2 septembre sur le plateau de France Info pour faire un point sur la réforme du lycée.

Le ministre a ainsi prévenu les syndicats de professeurs qui avaient déjà annoncé le dépôt de préavis de grève sur le mois de septembre.

​Grève des notes au bac 2019

Près de 80.000 copies du baccalauréat, sur quatre millions, ont été retenues par les correcteurs grévistes, selon les chiffres annoncés, jeudi 4 juillet, par le ministère de l’Éducation nationale. Par cet acte, les enseignants souhaitaient contraindre le gouvernement à rouvrir les négociations sur les réformes du lycée et du bac qu’ils dénonçaient. Néanmoins, Jean-Michel Blanquer a indiqué qu’en cas de notes manquantes, c’est la note de contrôle continu qui serait prise en compte.

Lire aussi:

«Chut, taisez-vous!»: Didier Raoult s’en prend à une journaliste de BFM TV
Les Français subissent déjà les effets de la crise économique, selon une étude
Hommage à Adama Traoré: Camélia Jordana chante qu'il est temps de «prendre les armes» - vidéo
Le Pr Raoult visé par une enquête, accusé d'avoir prescrit de l’hydroxychloroquine sans consentement
Tags:
La République en Marche! (LREM), France, manifestation, lycée, Jean-Michel Blanquer, ministère français de l'Education, éducation
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook