France
URL courte
506
S'abonner

Un ordinateur portable du ministère de la Justice a été volé au domicile d’une fonctionnaire à Brétigny-sur-Orge, dans l’Essonne, relate Le Parisien. L’appareil contenait des données sur «des plans de prisons existantes et en cours de création», mais selon les responsables, l’accès en est crypté.

Les faits ont eu lieu dans la nuit du 28 au 29 août à Brétigny-sur-Orge (Essonne), où le domicile d’un agent du ministère de la Justice spécifiquement chargé des opérations immobilières a été visé par un cambriolage.

Le ou les cambrioleurs se sont emparés de l’ordinateur professionnel de la fonctionnaire, lequel contenait «des plans de prisons existantes et en cours de création», relate Le Parisien en se référant à une source proche du dossier.

Afin d’accéder à l'intérieur du pavillon, les malfaiteurs ont forcé une fenêtre située à l'étage avant de fouiller la résidence de la femme. Ils ont ensuite nettoyé les traces de leur passage en ayant recours aux produits ménagers trouvés sur place.

Appareil crypté

L'ordinateur volé est «totalement crypté et protégé», ont indiqué au média des sources au sein de l'administration pénitentiaire. «Pour l'utiliser et accéder aux logiciels sensibles, il doit déjà être appareillé à la carte de l'agent, reprend cette même source. Or, celle-ci n'a pas été emportée.»

Toutefois, aucune piste ne laisse à supposer que l’ordinateur était la cible des cambrioleurs car d’autres objets de valeur ont été également dérobés.

Une enquête a été ouverte et confiée au commissariat d'Arpajon (Essonne).

Lire aussi:

Un mort et un autre en réanimation: en Occitanie, le vaccin Pfizer accusé de tuer «des jeunes en pleine forme»
Plus besoin d’autorisation parentale pour vacciner les ados de 16 ans: «Le gouvernement ouvre une boîte de Pandore»
Vladimir Poutine «a un vrai problème»? Le Kremlin répond à Joe Biden
Avant de vacciner une ministre, Olivier Véran fait une gaffe et se lance dans l’autodérision – vidéo
Tags:
cambriolage, plan, informatique, laptop, France, prison
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook