Ecoutez Radio Sputnik
     manifestation contre les violences policières après la mort de Steve Maia Caniço à Paris

    Un policier de la BAC étrangle un manifestant «en direct» sur une vidéo diffusée par Mediapart

    © AFP 2019 MARTIN BUREAU
    France
    URL courte
    4710112
    S'abonner

    Il a affirmé lors de son interpellation le 3 août à Nantes qu’il avait été étranglé par un policier de la BAC, une accusation démentie par cette dernière. Une nouvelle image diffusée par Mediapart semble aujourd’hui contredire la version de la police.

    La photo, qui a été réalisée en marge de la manifestation contre les violences policières après la mort de Steve Caniço, le 3 août à Nantes, présente un homme violemment interpellé par des policiers de la Brigade anticriminalité (BAC), conduit aux urgences après avoir perdu connaissance.

    La victime présente sur la photo affirme avoir subi des violences au cours de son interpellation, alors que le Service d’information et de communication de la police (Sicop) a indiqué que l’interpellation s’était «bien passée».

    Une nouvelle vidéo publiée le 3 septembre contredit la version des forces de l’ordre. Ces images montrent un policier de la Brigade anticriminalité (BAC), le visage masqué, en train de serrer le cou de l’homme avant que celui-ci ne tombe à terre, visiblement au bord du malaise, souligne Mediapart.

    Pourtant, l’homme a déclaré dès le début qu’il avait reçu des coups.

    «J’ai été violemment strangulé jusqu’à l’étouffement par un membre de la BAC. Avant de m’évanouir et de rester inconscient pendant plusieurs minutes», a-t-il raconté.

    La police plus prudente

    Confronté à une vidéo montrant l’homme à terre, le service de communication de la police nationale (Sicop) avait alors affirmé à Libération que le manifestant avait été hospitalisé «parce qu’il était incommodé par les gaz lacrymogènes».

    Or, le compte rendu médical atteste que le «patient interpellé par [la] BAC» a été «retrouvé inconscient sur la voie publique» et souligne l’absence de toute substance toxique qui aurait pu provoquer cet état.

    Aujourd’hui, contactée par le média, la police nationale semble avoir adopté un comportement plus prudent.

    «Des éléments complémentaires ont été demandés à la Direction départementale de la sécurité publique de Loire-Atlantique» sur l’affaire, a précisé le service de communication.

    Toujours selon Médiapart, le parquet de Nantes a ouvert une enquête préliminaire après la plainte déposée par la victime, Bruno Kaïk, pour tentative d’homicide.

    La manifestation à la mémoire de Steve Maia Caniço et «contre les violences policières» a été émaillée de nombreux incidents le 3 août à Nantes, où les forces de l’ordre avaient eu recours au canon à eau et aux gaz lacrymogènes.

    Tags:
    forces de l'ordre, tentative de meurtre, police, photo, interpellation, médiapart, La Libération, gaz lacrymogènes, canon à eau, violences policières
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik