France
URL courte
6436
S'abonner

Un adolescent de Cholet, dans le Maine-et-Loire, a été torturé pendant six heures par des jeunes sans domicile fixe. Ces derniers l’ont tourmenté parce qu’une fille parmi eux a identifié le jeune homme comme l’internaute qui la harcelait sur Facebook, relate le quotidien Ouest-France.

Séquestré et torturé pendant six heures dans le Maine-et-Loire, un adolescent de 17 ans, pris pour cible par un groupe de jeunes sans domicile fixe, a réussi à s’enfuir par la fenêtre et se réfugier auprès de la police, informe le quotidien Ouest-France.

Une fille du groupe de délinquants avait désigné ce jeune habitant de Cholet croisé dans la rue comme une personne qui la harcelait sur Facebook. Sur cette dénonciation, le groupe a attrapé et amené dans un squat l’adolescent où il a été tourmenté violemment pendant six heures, un calvaire qui lui a presque coûté la vie.

Qui plus est, les tortionnaires ont filmé leurs actes avec leurs portables. Ces séquences ont été saisies par la justice et font l’objet d’une étude de la part des enquêteurs.

Cette agression a commencé par des coups de poings et de pieds donnés à la victime. Ensuite, ils lui ont administré des douches chaudes suivies de douches froides, en accompagnant cela par des coups de bâton. En outre, la fille aurait été empêchée de poignarder l’adolescent.

Le jeune homme a enfin réussi à s’enfuir par la fenêtre. Selon les premiers éléments de l’enquête, certains de ses tortionnaires ont déclaré qu’étant dépassés par les événements, ils l’avaient laissé s’enfuir.

Les six suspects ont été interpellés, dont trois placés en détention provisoire. Tous les six, âgés de 18 à 22 ans, ont été mis en examen et seront jugé pour «séquestration, acte de torture et de barbarie, tentative d’homicide, violences aggravées et menaces de mort», fait savoir le quotidien.

Lire aussi:

Beyrouth: jusqu'à 300.000 personnes sans domicile après les explosions, la moitié de la ville touchée
Les autorités libanaises ont déterminé l’origine des explosions à Beyrouth
«Reprenons le contrôle!»: les démissionnaires de l’UPR fondent un nouveau mouvement souverainiste, Asselineau réagit
Un «grand ami de l’Algérie» officiellement accrédité ambassadeur de France à Alger
Tags:
agression, criminels, police, tortures, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook