France
URL courte
20735
S'abonner

Le Brexit aurait provoqué la mort d’une Française de 76 ans, Marie-Louise Davies, qui vivait au Royaume-Uni depuis plus de 50 ans, selon le Daily Mail. Elle se serait notamment suicidée à cause de ses inquiétudes liées à cet événement, est-il précisé. Néanmoins, d’autres causes comme la mort de son animal de compagnie sont aussi étudiées.

Une Française de 76 ans, Marie-Louise Davies, qui habitait au Royaume-Uni avec son mari, a pu mettre fin à ses jours par suite des angoisses provoquées par Brexit et le futur du pays, rapporte le Daily Mail.

Son corps a été découvert dans un champ inondé neuf jours avant le 29 mars, date initiale du Brexit, est-il indiqué.

«Très inquiète à propos du Brexit»

«Le jour précédant sa mort elle était toujours très inquiète à propos du Brexit et dans la soirée, elle est sortie et n’est tragiquement pas revenue», a indiqué le médecin légiste en chef du Gloucestershire, Katie Skerrett, dans un communiqué.

«Il y a six mois, ma compagne depuis plus de 48 ans originaire de l’UE est décédée dans des circonstances tragiques. Elle a vécu ici dans la paix, le respect et la légalité pendant plus de 50 ans. Aujourd’hui le médecin légiste a conclu que c’était un suicide, citant parmi les causes probables ses inquiétudes concernant le Brexit», a souligné son mari Peter, 74 ans, cité par le Daily Mail. Pourtant, la mort de son animal de compagnie fait aussi partie des possibilités.

Marie-Louise Davies a quitté sa maison de Tewkesbury, Gloucestershire, le 18 mars pour ne jamais revenir. Son mari britannique a précisé qu’ils avaient alors ensemble le dessein de déménager en France.

Lire aussi:

Lyon instaure de nouvelles restrictions pour freiner l'épidémie de Covid-19
La liste des départements classés en «zone rouge» s’allonge à nouveau
Nouvelle attaque dans une école maternelle en Chine – vidéo
Le numéro deux de LREM démissionne en appelant la direction à faire de même
Tags:
suicide, Brexit, Royaume-Uni
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook