France
URL courte
21564
S'abonner

Un sondage Ipsos révèle que plus de la moitié des Français se méfient des migrants et estiment que les Français devraient être prioritaires concernant l’emploi. D’autre part, plus des trois quarts d’entre eux éprouvent «un désir d’autoritarisme» et voudraient un dirigeant fort, «capable de casser les règles».

Plus d’un Français sur deux (60%) «voit les migrants comme une menace», tandis que 54% défendent l’idée que les Français devraient être prioritaires dans l’attribution d’un emploi et 45% sont convaincus que l’arrivée des migrants prive les Français de services sociaux, indique un sondage Ipsos publié le 13 septembre.

«L’idée que les Français devraient être prioritaires dans l’attribution d’un emploi a progressé en France sur les trois dernières années: elle en convainc 54%, en augmentation de 3 points depuis 2016», constate l’étude.

Situation économique

En outre, 46% des Français affirment que «le système» ne fonctionne pas et presque les trois quarts de la population, 73%, pensent que la situation économique est «truquée» en faveur des riches et des élites, un chiffre en croissance de 3 points par rapport à 2016.

«Étrangement, la France n’est pas le pays le plus négatif sur la question du "système", alors même que la contestation des Gilets jaunes a montré et radicalisé le sentiment de déclassement et l’impression de n’être ni représentés ni compris», a expliqué Yves Bardon, Directeur du programme Flair, Ipsos Knowledge Center.

À l’échelle mondiale, l’impression d’un système défaillant est partagée par 54% des personnes interrogées, un chiffre pouvant aller jusqu’à 78% au Brésil, voire 84% en Pologne.

En outre, trois Français sur quatre «déclarent avoir l’impression que les partis traditionnels et les politiciens ne se soucient pas des gens comme eux».

Désir d’un «leader fort»

Enfin, Ipsos constate «le désir d’autoritarisme» en France. En effet, 77% des Français considèrent qu’un «leader fort» qui serait «capable de casser les règles» est «une solution pour améliorer la situation du pays», ce qui est «bien au-dessus de l’opinion mondiale (49%)».

65% des Français sont également certains qu’un tel politicien «permettrait d’inverser la tendance et de reprendre le pays des mains des riches et des puissants».

«À quelques mois de l’entrée dans une nouvelle séquence électorale, il ne sera pas inutile de garder à l’esprit les alertes que représentent nos résultats sur le fonctionnement et la perception de la démocratie», a déclaré dans ce contexte Yves Bardon.

La société précise que 18.528 personnes ont été interrogées dans le cadre de cette étude, menée du 22 mars au 5 avril 2019 dans 27 pays.

Lire aussi:

La démission du Premier ministre «est une trahison collective des partis libanais», selon l’entourage de Macron
Vidéo des dernières secondes avant le crash de l’avion de transport militaire An-26
Nouvelle taxe sur les voitures: les automobilistes en sursis?
L’essayiste Soral condamné à payer 134.400 euros à la Licra
Tags:
politiciens, partis politiques, étude, démocratie, élites, richesse, emploi, autoritarisme, Ipsos, situation économique, migrants
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook