France
URL courte
11710
S'abonner

Selon la cheffe du Rassemblement national, qui fait sa rentrée à Fréjus, Emmanuel Macron «est déjà en campagne présidentielle» et elle «ne va pas le laisser faire campagne tout seul».

La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen bat dimanche 15 septembre le rappel de ses troupes réunies en terre conquise à Fréjus (Var) pour les élections municipales en attaquant d'emblée Emmanuel Macron, avec déjà la présidentielle 2022 en vue.

Le chef de l'État «est déjà en campagne présidentielle. […] On ne va pas le laisser faire campagne tout seul», a glissé samedi à la presse la présidente du RN, jugé comme le parti qui incarne le mieux l'opposition à Emmanuel Macron, selon un sondage Elabe publié le 11 septembre.

Les municipales en mars 2020, puis les départementales et les régionales en 2021, «ce sont des mousquetons qu'on fixe sur la paroi pour grimper jusqu'à l'objectif final», l'Élysée en 2022, selon Marine Le Pen, citée par l'AFP.

Emmanuel Macron veut «accélérer» sa politique «ce qui nécessite que nous soyons au rendez-vous pour nous (y) opposer fermement», a martelé dimanche sur CNews l'eurodéputé et dirigeant du RN Nicolas Bay.

Sa politique est «la synthèse des défauts des uns et des autres» et il «ne tient aucun compte des signaux [...] adressés depuis des mois, aussi bien dans la rue avec les Gilets jaunes que dans les urnes avec les élections européennes», remportées par le RN, a-t-il dénoncé.

Lire aussi:

Les USA renforcent encore leurs sanctions contre la France
Un hélicoptère militaire pris pour cible depuis le sol aux États-Unis
Deux frégates de guerre grecque et turque se seraient heurtées en Méditerranée orientale
Un garde-pêche de 70 ans roué de coups et blessé à l’œil par des jeunes qui fumaient une chicha
Tags:
Rassemblement national (RN), élection présidentielle, Emmanuel Macron, Marine Le Pen, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook