France
URL courte
274111
S'abonner

Quatre mois ferme avaient été requis par le parquet pour le Carcassonnais qui avait asséné six coups de poing au visage à un adolescent qui a fait la bise à sa sœur. En tentant de se justifier, l’homme a expliqué qu’il croyait que sa victime embrassait la jeune fille.

Mohamed, un Carcassonnais âgé de 27 ans, a comparu le 13 septembre devant le tribunal correctionnel pour répondre de violences qu’il a exercées sur un jeune de 17 ans, à qui il reprochait d’avoir approché sa sœur, annonce L’Indépendant.

Comme le raconte le quotidien régional, les faits reprochés remontent au 4 avril. Ce jour-là, le prévenu, après avoir vu sa sœur faire la bise à un jeune de 17 ans, a asséné six coups de poing au visage de l’adolescent, entraînant une incapacité supérieure à huit jours. L’agresseur a été interpellé assez rapidement.

Devant le tribunal, le Carcassonnais a expliqué qu’il croyait que sa victime embrassait sa sœur: «Je n’ai pas bien vu qu’il lui faisait la bise. Je ne sais pas ce qu’il m’a pris. C’est juste parce que c’est ma petite sœur, je pensais qu’il l’embêtait!».

Pour la défense du prévenu, l’homme a eu «une réaction épidermique injustifiée qui a généré des violences. Là, c’est l’éducation qui a pris le pas sur la raison».

Au final, le tribunal a condamné le Carcassonnais à quatre mois de prison ferme. Il doit également verser 600 euros à la victime au titre du préjudice. Comme l’indique L’Indépendant, la peine de quatre mois de prison ferme avait été requise par le ministère public compte tenu de la gravité des faits et de la personnalité du prévenu, dont le casier judiciaire fait déjà état de quatre condamnations.

Lire aussi:

Une meute de loups dévore un chien et oblige un homme à grimper dans un arbre en centre-ville – vidéo choc
La journée des câlins «dégénère» sur le plateau de TPMP d’Hanouna - vidéo
Un Algérien et une Marocaine interpellés pour adultère, ils risquent jusqu’à deux ans de prison au Maroc
Chef d'état-major français: tuer le général iranien Soleimani en Irak n'était «pas une bonne idée»
Tags:
violences, prison, Carcassonne, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik