France
URL courte
2025
S'abonner

Un vif débat a éclaté après que des clichés sont apparus sur le Net montrant des chaussures neuves, lacérées au cutter, qui ont fini dans une poubelle devant un magasin Go Sport. Le directeur général a de son côté assuré que c’étaient des produits «défectueux» et non invendus.

Face à une vive grogne suscitée par une poubelle remplie de baskets lacérées de Go Sport à Paris, le directeur général de l’enseigne s’est défendu en précisant qu’il ne s’agissait pas de produits invendus, mais de défectueux, et en soulignant que, chez Go Sport, on «n’achète pas des produits pour les jeter».

Une fois les images publiées sur les réseaux sociaux pour dénoncer un «gaspillage décomplexé», elles ont été largement partagées (4.600 retweets au moment de la publication de l’article). Là, une poubelle devant un magasin, situé porte de Chatillon, dans le XIVe arrondissement, est montrée pleine de chaussures tailladées au cutter, juste au-dessous d’une enseigne Go Sport.

La série de tweets présentant les baskets en détail a généré une vague d’indignation parmi les internautes qui ont dénoncé un acte «honteux» et se sont prononcés pour la loi antigaspillage.

Chaussures «dépareillées» et «inutilisables»

L’entreprise s’est excusée par la suite, précisant que c’étaient des baskets dépareillées, de pointures différentes, tandis que le magasin en question s’apprêtait à une «fermeture définitive».

Brice Garnier, le directeur général de la marque, a reconnu sur BFM TV que les clichés «aient pu choquer» certains, mais a tenu à préciser:

«Il faut savoir que ces paires de chaussures ne sont absolument pas des invendus. Ce ne sont pas des paires neuves que nous n’avons pas réussi à vendre. Chez Go Sport, nous n’avons jamais d’invendus: nous faisons des soldes, des promotions ponctuelles, nous détournons des stocks vers d’autres magasins et nous donnons à des associations. Nous n’achetons pas des produits pour les jeter, ce serait un non-sens économique. Les produits qui ont été pris en photo sont des articles défectueux, pas des invendus», a-t-il justifié.

Dans la poubelle, il y avait des chaussures «abîmées dans le magasin, par exemple avec une semelle qui se décolle, ou des chaussures qui se retrouvent seules parce que l’autre pied, installé comme modèle d’exposition, a été volé», a expliqué Brice Garnier.

Marquage au cutter

Le fait de lacérer les baskets s’inscrivait d’ailleurs dans la logique des règles d’usage. Pour éviter la fraude et la «récupération de produits de mauvaise qualité ou pouvant présenter un risque» pour les clients, «les produits inutilisables dans des conditions de qualité et de sécurité optimales» doivent être endommagés.

«Chez GoSport, cela concerne donc les chaussures dépareillées, mais aussi des trottinettes défectueuses, des polos dont les boutons se détachent et peuvent être avalés. Nous les marquons au cutter afin de les rendre visiblement défectueux, pour s’assurer qu’on ne retrouve pas sur le marché des produits potentiellement dangereux», a pointé M.Garnier.

Lire aussi:

«Tu finiras comme ton collègue de Bayonne»: nouvelle agression d’un chauffeur de bus au Pays basque
Perdu en mer, un jeune garçon survit en se rappelant les conseils d’un documentaire
Moscou explique la condition sine qua non de son recours à l’arme nucléaire
Une autre crise se profile à l’horizon et pourrait être pire que le Covid-19, affirme Bill Gates
Tags:
Paris, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook