Ecoutez Radio Sputnik
    Acte 27 des Gilets jaunes à Paris

    La Sécu devrait retomber dans le rouge en 2019 et 2020, notamment du fait de la crise des Gilets jaunes

    © Sputnik .
    France
    URL courte
    13114
    S'abonner

    Les comptes de la Sécurité sociale devraient repartir fortement dans le rouge cette année et en 2020, alerte Les Échos. Cette rechute tient entre autre au refus du gouvernement de compenser le coût des mesures prises en décembre, en pleine crise des Gilets jaunes.

    La Sécurité sociale n’améliorera pas sa situation financière en 2019 avec un déficit qui pourrait dépasser les cinq milliards d'euros pour le régime général et le fonds de solidarité vieillesse, rapporte le quotidien économique Les Échos.

    «Selon nos informations, le déficit du régime général et du fonds de solidarité vieillesse devrait dépasser cinq milliards d'euros en 2019 - le chiffre exact doit encore être arrêté», écrit le journal.

    «Un montant bien loin des prévisions initiales, qui annonçaient un solde redevenu positif à hauteur de 100 millions d'euros. Et le déficit ne se réduirait qu'à peine en 2020, encore proche de cinq milliards d'euros», poursuit-il.

    Les Échos rappelle qu’en juin la commission des comptes de la Sécurité sociale avait annoncé la réapparition d'un déficit de 1,7 milliard d'euros en 2019 du fait de recettes en berne. 1,4 milliard d'euros de cotisations seraient perdus du fait que la masse salariale ne progresserait plus que de 2,9 % au lieu de 3,5 %.

    La rechute, ajoutent Les Échos, s'explique aussi par le refus du gouvernement de compenser le coût des mesures prises en décembre, au plus fort de la crise des Gilets jaunes.

    Parmi d’autres facteurs figurent notamment l'abaissement de la CSG pour les retraités gagnant moins de 2.000 euros (coût estimé à 1,5 milliard) et l'avancement de septembre à janvier de l'exonération sociale des heures supplémentaires (1,2 milliard).

    Tags:
    France, gouvernement, sécurité, gilets jaunes
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik