France
URL courte
5212
S'abonner

Le corps de Marion Haan, une étudiante française de 20 ans, a été retrouvé sans vie dans la Meuse à Liège, en Belgique, ce dimanche 22 septembre. Elle était portée disparue depuis le mardi 17 septembre. La cause du décès est encore inconnue.

Dimanche 22 septembre, le corps sans vie de Marion Haan, une jeune Française, a été retrouvé dans la Meuse, en Belgique. La jeune femme, originaire de Meaux, en Seine-et-Marne, était portée disparue depuis le mardi 17 septembre. Selon la RTBF, des témoins en balade le long de la Meuse ont aperçu le corps d’une personne flottant à proximité du pont Atlas, à Liège. Les pompiers plongeurs de la police sont immédiatement intervenus et le parquet a été prévenu.

Dès mardi, les autorités avaient pris connaissance de la disparition inquiétante de cette Française de 20 ans, qui avait quitté son logement étudiant vers 14h sans donner de nouvelles depuis. Un avis de recherche a été émis le lendemain. Jeudi, des fouilles ont été entreprises aux alentours du logement de la jeune fille, situé quai Godefroid Kurth. Marion était étudiante en troisième année de kinésithérapie à la Haute École de la Province de Liège.

Toujours selon les informations recueillies par la RTBF, le parquet de Liège privilégie la thèse du suicide, puisqu’aucune trace d’intervention d’un tiers n’a été relevée.

Un second corps repêché dans la Meuse

Dimanche après-midi, un autre corps a été retrouvé dans la Meuse, selon rtl.be. Bien que l’identité de la personne n’ait pas encore été confirmée, il s’agit d’un homme né en 1957 qui aurait mis fin à ses jours. Aucun élément ne permet encore de constater si ce second corps est lié à cette affaire.

Lire aussi:

Un cortège de mariage tourne au rodéo sauvage dans le Nord - photos
L'Algérie appelle le Maroc à arrêter la construction de sa base militaire à la frontière
Un charmant petit golden retriever dort dans une gamelle – vidéo
Tags:
décès, étudiants, Meuse, Liège, Belgique, police, disparition
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook