Ecoutez Radio Sputnik
    un verre de rhum (image d'illustration)

    Coma éthylique, ecchymoses, brûlures… un beau-père jugé responsable des hospitalisations d’un bébé de 2 ans

    CC0 / felix_w
    France
    URL courte
    827
    S'abonner

    Des hématomes, des ecchymoses, un coma éthylique et des brûlures… Suite à une succession de faits inquiétants pour la santé d’un enfant de deux ans, un homme, son beau-père, vient d'être condamné à 15 mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve.

    Un homme a été condamné à 15 mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve, lundi 23 septembre, par le tribunal correctionnel de Rennes, en Ille-et-Vilaine, rapporte Ouest-France.

    Selon le quotidien, en 2015, un garçonnet de deux ans, l’enfant de la compagne du condamné, est tombé dans le coma après avoir bu un verre de rhum.

    En 2014 et 2015, à Fougères, le bébé a subi des maltraitances de la part du compagnon de sa mère, âgé d’une vingtaine d’années au moment des faits, suite auxquelles l’enfant a été hospitalisé à plusieurs reprises.

    Une première fois le garçonnet a été hospitalisé pour des coliques, pourtant les médecins ont aussi remarqué la présence d’hématomes et d’ecchymoses sur son corps. Un autre incident s’est déroulé en août 2015, quand l’enfant a été hospitalisé en coma éthylique après avoir bu un verre de rhum sous la surveillance de son beau-père.

    Un mois plus tard, le bébé a été admis à l'hôpital pour des brûlures. Cette succession d’incidents a poussé les médecins à faire un signalement d’enfant en danger.

    Voulant se défendre à la barre du tribunal, lundi 23 septembre, le mis en cause a déclaré que toutes les blessures de l’enfant n’étaient pas volontaires, reconnaissant, malgré tout, sa négligence.

    Selon le quotidien, le prévenu a expliqué qu’il ne surveillait pas le bébé lorsque celui-ci a bu le verre d’alcool, et que ses brûlures provenaient de sa douche. Pourtant, ces versions ne correspondent pas aux constatations des médecins.

    La procureure de la République a estimé que «ce n’est pas un psychopathe tortionnaire d’enfants, mais le petit ne s’est pas fait cela tout seul».

    Malgré tous ces incidents, la famille vit toujours ensemble, en outre, elle s’est même agrandie avec l’arrivée d’autres deux enfants.

    Tags:
    incident, tribunal, enfants, prison, coma, condamnation, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik