Ecoutez Radio Sputnik
    Maxime Nicolle,

    Maxime Nicolle dénonce «une arrestation politique» et porte plainte contre le préfet de Paris

    © AFP 2019 ALAIN JOCARD
    France
    URL courte
    18748
    S'abonner

    Suite à son arrestation le 14 juillet dernier, une figure du mouvement des Gilets jaunes, Maxime Nicolle, porte plainte pour «privation de liberté individuelle» contre Didier Lallement, préfet de police de Paris, rapporte France info.

    Interpellé et placé en garde à vue quelques heures le 14 juillet dernier lors du défilé militaire dans la capitale française, le Gilet jaune Maxime Nicolle va porter plainte ce mardi 24 septembre contre le préfet de police de Paris, Didier Lallement, pour «privation de liberté individuelle», écrit France info en se référant aux déclarations de l'avocat Jaun Branco.

    Dans un courrier adressé au procureur de la République de Paris, M.Nicolle dénonce «une arrestation politique» tout en soulignant qu’«aucune raison plausible ne pouvait être invoquée afin de justifier» cette arrestation.

    «Ma privation de liberté doit dès lors être considérée comme une rétention administrative illégale, née d’un abus de pouvoir du préfet de police de Paris, et de la négligence du parquet de Paris, et devant pour cela être sanctionnée»,a-t-il ajouté.

    Tensions sur les Champs-Élysées le 14 juillet

    Le défilé militaire du 14 juillet a été marqué par des tensions entre forces de l’ordre et Gilets jaunes. Dès le début, des CRS ont encerclé un groupe d'une quarantaine de manifestants qui tentaient de forcer leurs rangs sur la grande avenue parisienne et ont interpellé l’une des figures du mouvement, Éric Drouet.

    Jérôme Rodrigues et Maxime Nicolle avaient par ailleurs été interpellés vers 9h15 aux abords des Champs-Élysées. Là, suite au défilé militaire, les forces de l’ordre ont fait usage de gaz lacrymogène. Une femme a été blessée au visage lors de ces tensions.

    Tags:
    gilets jaunes, Maxime Nicolle
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik