France
URL courte
8714
S'abonner

Entre six et huit individus ont attaqué la prison de Nancy-Maxéville à l‘aide de marteaux et de masses le 27 septembre en causant d’importants dégâts matériels. Des murs ont également été tagués.

Plusieurs individus ont essayé de briser la porte d’entrée de la prison de Nancy-Maxéville avec des marteaux et des masses le 27 septembre, vers 21h15. De nombreux impacts ont été relevés sur la vitre pare-balles, rapporte le syndicat national pénitentiaire Force ouvrière (SNPFO) sur sa page Facebook.

Les assaillants ont également endommagé la porte d’accès réservée au personnel. Munis d’aérosols de peinture, ils ont par ailleurs tagué des inscriptions comme «Feu aux prison» et «ACAB» (acronyme de l'anglais «All cops are bastards», «tous les flics sont des salauds »). De l’huile noirâtre a aussi été jetée sur un mur.

Des black blocks

Les individus, qui se sont enfuis, ont été identifiés par les services de police comme étant des black blocs, selon L’Est Républicain.

Auparavant, ils avaient brûlé des pneus, obstruant ainsi les deux axes principaux qui mènent à la prison.

Un important dispositif policier a été déployé pour sécuriser les lieux.

Une manifestation antinucléaire doit en outre avoir lieu samedi après-midi à Nancy, un événement jugé «à risques» par les autorités.

Lire aussi:

«Wallah tu vas plus rigoler»: une femme violemment agressée par un individu dans le métro de Paris – vidéo
Un chien abandonné et attaché à une cage avec ses chiots retrouvé sur la route – photos
Un astéroïde géant fonce vers la Terre, un chercheur indique quelles peuvent en être les conséquences
Tags:
attaque, Nancy, prison, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik