France
URL courte
8853100
S'abonner

Après le discours sur l'immigration et l'islam qu'a tenu le polémiste Éric Zemmour à la Convention de la droite, le parquet de Paris annonce ce 1er octobre l'ouverture d'une enquête.

Le parquet de Paris a annoncé mardi 1er octobre l'ouverture d'une enquête, pour «injures publiques» et «provocation publique à la discrimination, la haine ou la violence», après des propos du polémiste Éric Zemmour ayant visé l'immigration et l'islam.

Les investigations ont été confiées à la Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP).

Dans ce discours, prononcé lors de la Convention de la droite, Éric Zemmour s'en était pris samedi, entre autres, aux immigrés «colonisateurs» et à «l'islamisation de la rue». 

L'enquête a été ouverte pour «injures publiques en raison de l'origine ou de l'appartenance ou de la non appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée» et «provocation publique à la discrimination, la haine ou la violence, à l'égard d'une personne ou d'un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou non appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée».

Après la diffusion de ce discours, intégralement retransmis sur LCI (chaîne d'info du groupe TF1), le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) a reçu «près de 400» saisines.

Les déclarations du polémiste ont suscité un tollé jusqu'au sein du gouvernement, le Premier ministre Édouard Philippe condamnant des discours «nauséabonds et profondément contraires à l'idée que nous nous faisons de la France et de la République».

Lire aussi:

Ces 17 millions de Français seront prioritaires pour obtenir le vaccin anti-Covid
«La France est soumise»: Onfray critique la réaction de la France suite aux insultes proférées par Erdogan
Les derniers mots de Maradona dévoilés par une chaîne de télévision
Castex donne les détails du fonctionnement des stations de ski à Noël
Tags:
droite, Eric Zemmour, Parquet de Paris, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook