France
URL courte
Incendie de l'usine Lubrizol de Rouen (42)
7216
S'abonner

La liste des produits chimiques détruits dans l’incendie qui s’est déclaré jeudi dernier dans l’usine Lubrizol de Rouen a été divulguée par la préfecture.

La préfecture de Seine-Maritime a annoncé mardi soir sur son site Internet que 5.253 tonnes de produits chimiques avaient été détruits dans l'incendie de l'usine Lubrizol, dont plus de 60% d'«additifs multi-usages», écrit l’AFP.

«Tous les produits ne sont pas dangereux. La dangerosité dépend de la quantité présente, du devenir des molécules après avoir brûlé et de la manière dont on est exposé (contact cutané, inhalation, ingestion)», est-il précisé sur un des documents publiés, accompagnant la liste des produits incendiés.

Comme le précise l’agence, la préfecture publie également sur son site Internet la liste des produits chimiques présents dans les principaux «additifs multi-usages» et les 479 fiches de sécurité qui «précisent les caractéristiques des produits et les risques associés, notamment en cas de combustion».

Une campagne de prélèvements (air, eau, sols, aliments...), «engagée dès le début de l'accident" sera adaptée"et si nécessaire complétée afin de procéder à une évaluation quantitative des risques sanitaires qui se déroulera pendant plusieurs semaines», précise la préfecture, citée par l’AFP.

«En fonction des résultats de cette évaluation, une surveillance sanitaire adaptée sera mise en place», indique-t-elle.

Le Premier ministre, Édouard Philippe, avait promis devant l'Assemblée nationale la publication de cette liste de produits mardi après-midi.

 

Dossier:
Incendie de l'usine Lubrizol de Rouen (42)

Lire aussi:

Le 14-Juillet version Covid sur la place de la Concorde comme si vous y étiez
Un CRS lié à deux affaires de violences mène les rangs policiers au défilé du 14 juillet, affirme Libération
Le site militaire FAR-Maroc publie des photos satellites montrant des «bases algériennes» à la frontière - vidéo
Tags:
incendie, Rouen
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook