France
URL courte
678024
S'abonner

En déplacement en Algérie afin de participer à un «programme de rencontres» avec des personnalités politiques locales, la députée insoumise Mathilde Panot a été interpellée avec ses accompagnateurs à Béjaïa, le 1er octobre. Le groupe LFI réclame une garantie de sa liberté de circuler.

Interpellée le 1er octobre à Béjaïa, dans le nord de l’Algérie, avec ses accompagnateurs, la députée Mathilde Panot, coprésidente du groupe parlementaire français de La France Insoumise, a été placée en séjour surveillé dans la capitale Alger.

​Sur Twitter, l’élue a raconté qu’elle avait été arrêtée avec ses compagnons la première fois sans motifs «après avoir échangé avec des étudiants et professeurs de la marche du mardi». Libérée, elle a été de nouveau interpellée pendant trois heures à un barrage routier, où leurs passeports ont été saisis. Escortés ensuite «sans explication» vers Alger, ils ont été placés sous surveillance dans un hôtel.

​Les Insoumis déplorent «l’interruption forcée du programme de rencontres de Mathilde Panot et de son équipe» et «demandent la garantie de leur sûreté et le respect de leur liberté de circuler».

​​​​Le 30 septembre, Mathilde Panot a détaillé sur les réseaux sociaux les raisons de sa présence dans ce pays et a précisé qu'elle participait en Algérie à un «programme de rencontres» avec des personnalités politiques locales.

Comme l’indique l’hebdomadaire Jeune Afrique se référant à LFI, l’élue devait aussi tenir une conférence, mais «les autorités lui ont signifié qu’elle était annulée».

Lire aussi:

Voici la nouvelle attestation de déplacement à télécharger - photo
La façade de la Banque de France en feu à Paris, les tensions se poursuivent - vidéos
Projectiles, véhicules incendiés, gaz lacrymogène: la manifestation contre la loi Sécurité globale dégénère à Paris
Plus de 12.500 personnes supplémentaires testées positives au Covid-19 en France, pratiquement autant que la veille
Tags:
interpellation, La France insoumise (LFI), Algérie, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook