Ecoutez Radio Sputnik
    Des policiers devant la préfecture de police de Paris

    «C'est quelqu'un qui fait boulot-maison-boulot»: ce que l’on sait sur l'auteur de l'attaque à la préfecture de police

    © REUTERS / CHRISTIAN HARTMANN
    France
    URL courte
    Attaque à la préfecture de police de Paris (37)
    792056
    S'abonner

    Alors que la police judiciaire enquête sur les raisons qui ont poussé cet employé de la préfecture de police de Paris à tuer quatre de ses collègues, plusieurs témoignages et quelques faits dévoilés par les autorités permettent de dresser un premier portrait.

    Si les motivations de l’assaillant restent toujours inconnues, il est tout de même possible d’établir un premier profil de Mickaël Harpon, homme de 45 ans qui a tué cet après-midi quatre personnes au sein de la préfecture de police de Paris avant d’avoir été abattu par un policier.

    Selon Christophe Castaner, il s’agit d’un agent administratif de catégorie C en charge de l’informatique au département technique depuis 2003 qui n'avait «jamais présenté de difficulté comportementale», ni «le moindre signe d'alerte».

    Né à Fort-de-France, en Martinique, il habitait avec sa femme et ses deux enfants âgés de neuf et trois ans à la résidence des Platanes, à Gonesse. Ses voisins cités par Le Parisien parlent de lui comme d’«une personne ordinaire». «Je ne l'ai jamais vu agressif ou crier. C'est quelqu'un qui fait boulot-maison-boulot», confie l’un d’eux.

    Quant à ses collèges de travail, pour l’un c’était «un geek» qui «était très fermé», pour un autre «c’était un homme sans histoires» qui «ne s'est jamais montré violent», selon leurs propos cités par Le Parisien.

    Converti à l’islam depuis 18 mois?

    D’après BFM TV, l’auteur de l’attaque s’est converti à l’islam il y a 18 mois. Actu 17, à son tour, prétend qu’il devait «être prochainement convoqué par sa chef afin de s’expliquer sur le fait qu’il ne saluait plus les femmes». Aucune confirmation officielle de ces informations n’a toutefois suivi pour le moment.

    En même temps, Le Parisien écrit, se référant à ses voisins, que l’homme ne manifestait pas de signe de radicalisation. Il ne portait pas de barbe, sa femme n'était pas voilée, précise le quotidien.

    «Ça n'a rien à voir avec l'islam, sinon on l'aurait vu il y a longtemps», insiste un voisin cité par Le Parisien, qui dit être allé plusieurs fois chez lui et qui connaissait sa femme.

    Quatre fonctionnaires, trois policiers et un agent administratif, ont été tués jeudi 3 octobre à l’intérieur de la préfecture de police de Paris. L’assaillant a été abattu par les forces de l’ordre. Une cinquième personne agressée a été emmenée à l’hôpital. L’attaque s’est déroulée entre 12h30 et 13h. Une enquête est en cours.

    Dossier:
    Attaque à la préfecture de police de Paris (37)
    Tags:
    Paris, Préfecture de police de Paris, police
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik