Ecoutez Radio Sputnik
    Christophe Castaner, file photo.

    Ces polémiques entourant Christophe Castaner, accusé de «parler trop vite»

    © Sputnik . Irina Kalashnikova
    France
    URL courte
    7102
    S'abonner

    Le ministre de l’Intérieur a indiqué, le 3 octobre dernier, que le tueur de la préfecture de police de Paris ne présentait pas le «moindre signe d’alerte», propos qui n’ont pas manqué, une fois de plus, de faire réagir. Ce n’est pas la première fois que ce haut responsable est accusé de parler trop vite, voire de mentir, suite à divers événements.

    Les propos tenus par le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner après l’attaque de la préfecture de police de Paris perpétrée jeudi dernier suscitent de vives réactions au sein de l’opinion publique. Loin d’en être à sa première maladresse, nombreux sont ceux qui le jugent aujourd’hui incompétent et souhaitent sa démission.

    Jeudi 3 octobre, le ministre de l’Intérieur avait en effet affirmé que le tueur de la préfecture n’avait «jamais présenté de difficulté comportementale» ni «le moindre signe d’alerte».

    Le procureur du parquet national antiterroriste a pourtant assuré le contraire le 5 octobre.

    «Les premières investigations ont révélé son «approbation de certaines exactions commises au nom de cette religion», «son souhait de ne plus avoir certains contacts avec des femmes», «sa justification» des attentats de Charlie Hebdo en 2015, ainsi que «son changement d'habitude vestimentaire depuis quelques mois», a indiqué Jean-François Ricard lors d’une conférence de presse.

    Au micro de France Inter ce lundi matin, Christophe Castaner a justifié ses déclarations:

    «J’ai dit la vérité telle qu’elle était connue. On attend d’un ministre de l’Intérieur qu’il dise la vérité à un moment donné, ensuite il y a l’instruction judiciaire. Vendredi, des faits différents sont apparus. […] Dans le dossier de l’auteur de l’attentat, il n’y avait aucune trace, aucun signalement. Au contraire, c’était un agent plutôt bien noté, qui voulait faire l’objet d’une évolution professionnelle». «J’ai rencontré la hiérarchie, j’ai rencontré des collègues de travail effondrés […] et aucun à ce moment-là n’a fait état de ce dont on a parlé ensuite», a-t-il poursuivi.

    «Attaque» à l’hôpital de la Pitié Salpêtrière

    En mai dernier, le ministre avait déjà été accusé de «mensonges».

    Le 1er mai 2019, des manifestants s’étaient introduits dans l’hôpital universitaire de la Pitié-Salpêtrière. Le ministre avait alors qualifié l’incident d’attaque et assuré que le personnel soignant avait été agressé.

    «Ici, à la Pitié-Salpêtrière, on a attaqué un hôpital. On a agressé son personnel soignant. Et on a blessé un policier mobilisé pour le protéger. Indéfectible soutien à nos forces de l’ordre: elles sont la fierté de la République», avait-il tweeté.

    Les divers témoignages recueillis et les vidéos partagées sur les réseaux sociaux ont toutefois démontré que les manifestants cherchaient simplement à se réfugier dans l’établissement.

    Christophe Castaner a ensuite reconnu qu’il n’aurait pas dû employer le terme «attaque».

    Benalla le bagagiste

    En juillet 2018, le ministre s'était également exprimé sur la présence d’Alexandre Benalla dans le bus des Bleus, pourtant censé avoir été rétrogradé. «J’ai entendu dire qu'il était en charge de la logistique des bagages», a-t-il déclaré à l'antenne de BFM TV.

    Lors des auditions au Sénat ayant suivi l’affaire Benalla, il s’est avéré que ce chargé de mission disposait de bien plus de pouvoir que ce que Castaner avait affirmé, prenant notamment activement part à l’ensemble des événements conduisant à un déplacement du Président et de sa sécurité.

    Incendie de Rouen

    Plus récemment, M.Castaner a indiqué sur RTL au sujet de l'incendie de Rouen survenu le 26 septembre dernier: «Nous faisons toutes les analyses au moment où je vous parle. Il n’y a pas de raison de s'inquiéter outre mesure, je n'ai aucun élément qui permettent de penser que les fumées en particulier seraient dangereuses, mais cela ne veut pas dire que ce n’est pas le cas».

    Il avait été critiqué à la suite de cette phrase sachant que ni les matériaux ayant brûlé, ni la quantité de produits détruits dans l’incendie n’étaient connus lors de cette déclaration. Le gouvernement a par ailleurs largement nuancé ces propos lors des interventions suivantes.

    Tags:
    polémique, propos, Rouen, Préfecture de police de Paris, Alexandre Benalla, Christophe Castaner
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik