Ecoutez Radio Sputnik
    Préfecture de police de Paris

    Tahhan: «Sur le terrorisme islamiste en France, les vrais experts compétents se font rares»

    © AFP 2019 BERTRAND GUAY
    France
    URL courte
    Par
    48586
    S'abonner

    Le profil du tueur de la préfecture de police de Paris relance le débat sur le danger de la radicalisation islamiste. Malgré plusieurs signalements, Mickaël Harpon a pu conserver son poste et son habilitation secret défense. La France prend-elle la radicalisation islamiste à la légère? Le politologue Bassam Tahhan nous livre son analyse.

    Sous le feu des critiques. Ce 7 octobre, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a tenté de désamorcer l’énorme polémique suscitée par le meurtre de quatre fonctionnaires de police le 3 octobre dernier à la préfecture de police de Paris. L’assaillant, Mickaël Harpon, 45 ans et employé de la préfecture, avait fait l’objet de plusieurs signalements pour radicalisation islamiste. Il avait notamment justifié l’attentat contre la rédaction de Charlie Hebdo en janvier 2015 et fréquentait les milieux salafistes.

    ​Malgré ce profil, Mickaël Harpon n’a jamais fait l’objet d’une enquête poussée et a pu conserver son poste administratif… habilité secret défense. Le jour de l’attaque, le locataire de la place Beauvau avait déclaré que l’assaillant n’avait «jamais présenté de difficultés comportementales».

    De quoi faire dire à plusieurs personnalités politiques, issues du RN à LR en passant par LFI, que Christophe Castaner avait «menti délibérément». Ces dernières demandent sa démission et la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire. Sur France Inter, le ministre de l’Intérieur a reconnu un «dysfonctionnement d’État», mais a récusé l’accusation de «scandale d’État».

    «Il n’y a pas eu d’alerte au bon niveau, au bon moment», a déclaré Christophe Castaner, avant d’ajouter que «les signaux d’alerte auraient dû être suffisants pour déclencher une enquête en profondeur.»

    Il a appelé à ce que toute alerte liée à la radicalisation fasse désormais «l’objet d’un signalement automatique», sans rentrer dans les détails de cette nouvelle procédure. Le Premier ministre Édouard Philippe a quant à lui ouvert deux enquêtes administratives, confiées à l’Inspection générale du renseignement.

    Si Laurent Nuñez, secrétaire d’État à l’Intérieur, a écarté «à ce stade» l’hypothèse de l’appartenance de l’assaillant à une cellule djihadiste, ce drame soulève de nombreuses questions concernant le phénomène de la radicalisions islamiste dans le pays, notamment au sein des services publics. D’autres drames de ce type sont-ils à craindre? Que faire pour les empêcher? Sputnik France a interrogé le politologue Bassam Tahhan afin qu’il nous livre son analyse. Entretien.

    Sputnik France: Comment expliquer que malgré plusieurs signalements de ses collègues concernant sa radicalisation, Mickaël Harpon n’ait pas fait l’objet d’une enquête approfondie et ait pu conserver un poste administratif habilité secret défense?

    Bassam Tahhan: «Il y a un dysfonctionnement majeur. Et depuis longtemps. Jusqu’à maintenant, la France n’a pas fait tout ce qu’il fallait pour comprendre le fait islamique dans le pays. La question se doit être étudiée à la source. Trop de facteurs ont été négligés, notamment par rapport à la politique étrangère. Par exemple, nos services de renseignement ne veulent pas collaborer avec leurs homologues syriens. C’est pourtant en Syrie qu’il existe la plus grande concentration de djihadistes au monde, comme on peut le voir à Idlib par exemple. Tout ceci relève du péché d’orgueil. La France ne veut pas admettre qu’elle et ses alliés ont perdu en Syrie. De plus, Paris s’oppose fréquemment à ce que la Russie, l’Iran ou Damas interviennent pour résoudre le problème islamiste en Syrie.»

    Sputnik France: Vous dites que trop experts anti-terroristes français ne sont pas compétents…

    Bassam Tahhan: «Oui. Il existe également un problème de taille concernant l’analyse des données du terrorisme islamiste en France et à l’international. Dans l’Hexagone, les vrais experts compétents se font rares. Pardonnez l’expression, mais beaucoup de charlatans exercent dans ce domaine. Il suffit de voir ceux qui s’expriment sur les problématiques liées à l’islam dans les médias, souvent après avoir été conseillers au ministère de l’Intérieur, auprès du Premier ministre ou à l’Élysée. Il y a un manque d’experts, un manque de compétences. Je me souviens de l’embauche par les autorités d’une quantité considérables de soi-disant experts pour lutter contre la radicalisation dans les quartiers. Ces derniers l’ont bien souvent été, car ils portaient des noms arabes et non pas, car ils étaient compétents. De manière générale, toute la politique française au regard de l’islam doit se remettre en cause. Le nombre d’attentats islamistes qui ont lieu ces dernières années sur le sol national est là pour en témoigner. En cas de drame, les autorités trouvent toujours une raison pour fuir leurs responsabilités.»

    Sputnik France: Selon vous un drame comme celui de la préfecture de police de Paris est-il appelé à se renouveler?

    Bassam Tahhan: «Oui. C’est évident.»

    Sputnik France: Quid du contexte national?

    Bassam Tahhan: «La France vit des moments très difficiles économiquement parlant. De plus, nous assistons à une faillite des valeurs. Pour une partie de la population particulièrement fragilisée, tout ce contexte est propice à la recherche d’autre chose, d’un autre système de valeurs. La tentation de l’islam radical les guette alors. Depuis plusieurs décennies, les autorités françaises n’ont pas pris au sérieux cette fanatisation de beaucoup d’individus. Elles ont par exemple laissé des prédicateurs étrangers circuler librement dans les mosquées. Peut-être que la France n’était pas préparée à gérer le fait qu’autant de ses citoyens soient musulmans. Il s’agit aujourd’hui de la deuxième religion du pays. Tout ceci peut poser un certain nombre de problèmes, surtout dans le contexte international actuel.»

    Sputnik France: C’est-à-dire?

    Bassam Tahhan: «Eh bien, des individus, par solidarité pour la cause palestinienne par exemple, sont susceptibles de se convertir à l’islam radical. Jusqu’à maintenant, nous n’avons pas trouvé de solution à tous ces problèmes. Tout ce qui frappe aujourd’hui les peuples musulmans à travers le monde peut être une cause de radicalisation pour certains. Nous l’avons vu avec la guerre en Irak qui a fait des millions de morts et qui a provoqué in fine l’émergence de Daech*. Plus récemment, vous avez eu la guerre en Syrie.»

    Sputnik France: Vous rendez en partie la politique étrangère française responsable de la situation…

    Bassam Tahhan: «On a reçu à l’Élysée des opposants à Assad qui faisaient partie des Frères musulmans*. Tout cela au nom d’un soutien démocratique pour un changement de pouvoir en Syrie. C’est inadmissible. La France s’est montrée comme l’alliée des alliés des islamistes.»

    Sputnik France: Selon Christophe Castaner, Mickaël Harpon fréquentait des membres de la mouvance «salafiste». Qui finance cette mouvance en France?

    Bassam Tahhan: «Elle a plusieurs sources de financement. Il existe un financement turc par Recep Tayyip Erdogan. Il y a également un financement de la banque mondiale des Frères musulmans*. D’autres viennent des pays du Golfe. Enfin, il y a de l’argent qui provient directement d’organisations terroristes telles qu’Al-Qaïda, qui a toujours des moyens. Il faut ajouter que le salafisme est très mal compris en France et n’a fait que se développer depuis quatre ou cinq décennies. Il est très difficile aujourd’hui de mener une approche rétrospective et de voir comment des prédicateurs étrangers se sont retrouvés à la tête de mosquées françaises. Encore une fois, l’islamologie en France souffre terriblement d’un manque d’experts pour se pencher efficacement sur ces questions.»

    Sputnik France: Quel rôle jouent les théologiens de l’islam?

    Bassam Tahhan: «Ils font trop souvent de la catéchèse. Ils expliquent comment être “un bon musulman”. Mais il n’y a pas d’approche critique de la religion ou de la constitution des textes. C’est un problème majeur qui explique en partie les cas de radicalisation.»

    Sputnik France: Comment lutter efficacement contre le phénomène de la radicalisation en France?

    Bassam Tahhan: «Recruter des experts de qualité, mettre en place des mesures permettant d’agir immédiatement contre des personnes soupçonnées de radicalisation, d’autant plus si elles exercent des fonctions à risque. Car aujourd’hui, c’est la préfecture de police de Paris qui a été le théâtre d’un tel drame, mais demain, cela se déroulera ailleurs. Quand je parlais d’Idlib-sur-Oise ou Idlib-sur-Seine, c’était une image pour alerter. La France est en train de laisser passer des courants intégristes et salafistes sans rien faire. C’est à tous les niveaux qu’il faut engager la lutte, au sein de l’Éducation nationale comme du ministère de l’Intérieur. Après le 11 Septembre, l’administration américaine a réclamé 8.000 postes d’arabisants. Tant que la langue arabe ne sera pas enseignée de manière laïque en France, on laissera des structures dont certaines ont des collusions avec des organisations intégristes s’en charger. J’ai moi-même enseigné l’arabe et eu affaire à des professeurs d’arabe salafistes, qui ne voulaient pas prononcer les mots “whisky” ou “vin” en classe. Je les ai dénoncés et ils ont été suspendus. La preuve que l’on peut agir. Il est compliqué de comprendre pourquoi les services secrets français, avec tous leurs moyens, n’arrivent pas à endiguer cette mouvance.»

    *Organisation terroriste interdite en Russie

    Tags:
    terrorisme, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik