France
URL courte
11329
S'abonner

Les policiers ont dû utiliser à quatre reprises un lanceur de balles de défense (LBD) et à deux autres un pistolet à impulsion électrique pour maîtriser un individu qui avait pénétré, un sabre japonais à la main, dans un centre hospitalier de Montbéliard.

Le centre psychiatrique Jean-Messagier à Montbéliard, dans le Doubs, a dû appeler la police vendredi 4 octobre tard dans la soirée, lorsque, armé d’un katana, un individu a menacé son personnel, a relaté Vosges Matin. Le quotidien a précisé que le forcené se trouvait dans l’enceinte du centre, mais à l’extérieur des bâtiments.

Rapidement arrivés sur les lieux, les hommes de la brigade anticriminalité (BAC) ont constaté qu’ils faisaient face à un jeune homme de 23 ans.

Il disait vouloir mourir

Ils l’ont sommé de déposer son sabre, mais l’individu s’est avancé vers eux en prenant un air menaçant.

Il hurlait qu’il voulait mourir d’une balle dans la tête.

Le jeune homme semblant de plus en plus agressif, les policiers se sont décidés à utiliser un LBD. Ni le premier projectile, non plus que d’ailleurs le deuxième, n’ont réussi à stopper sa progression. Les policiers ont dû tirer quatre balles de défense dans le torse du jeune et le soumettre à deux impulsions électriques de taser avant que le forcené ne tombe à genoux et ne soit finalement maîtrisé, a précisé le journal.

Le jeune homme, qui a précédemment été condamné pour vol à main armée, a été soumis à des examens médicaux et psychiatriques, et interné d’office sur arrêté du maire de Montbéliard.

Lire aussi:

Elle met des œufs au micro-ondes, ce qui l'envoie pour trois semaines à l'hôpital
Quel est le secret de ces trois départements où aucune mort du Covid-19 n’a été recensée?
«Il n’est pas le général de Gaulle», Macron est-il à la hauteur face au coronavirus?
Tags:
maire, balles, hôpital, sabre, Montbéliard, taser, LBD (lanceur de balles de défense), policier, Doubs
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook