France
URL courte
Attaque à la préfecture de police de Paris (38)
8214
S'abonner

Après l'Assemblée nationale, le ministre français de l’Intérieur a été entendu ce jeudi 10 octobre par la commission des lois du Sénat sur l’attaque à la préfecture de police de Paris qui a fait quatre morts le 3 octobre.

Après l'Assemblée nationale, le ministre français de l’Intérieur a été entendu ce jeudi 10 octobre par la commission des lois du Sénat sur l’attaque à la préfecture de police de Paris qui a fait quatre morts le 3 octobre.

Le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur, Laurent Nuñez, a été également auditionné.

Auparavant, dans le sillage du massacre perpétré jeudi 3 octobre à la préfecture de police de Paris, Christophe Castaner a reconnu que l'attaque avait mis en évidence des «failles» dans le suivi de l'assaillant.

Critiqué pour avoir déclaré, peu après la tuerie, que l'assaillant n'avait jamais présenté de signe d'alerte, M.Castaner a exclu de présenter sa démission. «La question [de la démission, ndlr] se pose-t-elle? Non», a-t-il indiqué.

Dossier:
Attaque à la préfecture de police de Paris (38)

Lire aussi:

Un Boeing 737 se disloque lors de l'atterrissage en Inde, plus de 10 morts et 100 blessés - images
Le Président Aoun évoque l'hypothèse d'un «missile» ou d'une «bombe» dans la double explosion à Beyrouth
La plus forte augmentation de cas de Covid-19 en France en 24 h depuis fin avril
Un chauffeur-routier abattu par la police à Montauban après avoir pris la fuite
Tags:
Sénat français, attaque, préfecture, Laurent Nuñez, Christophe Castaner, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook