Ecoutez Radio Sputnik
    François Fillon

    Fillon traite Macron de «petit joueur» : «Moi, j’avais mis 2 millions et demi de personnes dans la rue»

    © REUTERS / Lionel Bonaventure/Pool
    France
    URL courte
    201745
    S'abonner

    «Quand j'ai fait la réforme des retraites, j'ai mis 2 millions et demi de personnes dans la rue […]. Macron, c’est un petit joueur, à côté». Interrogé par le journaliste suisse Darius Rochebin, François Fillon a signé un retour médiatique remarqué.

    L’ancien Premier ministre François Fillon s’est exprimé mercredi 9 octobre à la Radio télévision suisse. Il a notamment abordé l’avenir de l’Europe, la division de la droite française et son procès pour les emplois fictifs présumés qui aura lieu en février 2020.

    Concernant le gouvernement actuel, l’ancien candidat à la présidentielle de 2017 s’est montré critique, déplorant «le recul» d’Emmanuel Macron face aux Gilets jaunes, qui a eu «des conséquences fâcheuses sur la suite de sa volonté de réforme».

    «Si on réfléchit bien, c'est pas grand-chose, cette affaire de Gilets jaunes. Il y a eu au maximum des manifestations 150.000 à 180.000 personnes dans toute la France», relativise-t-il. «Je vais être un peu prétentieux mais quand j'ai fait la réforme des retraites, j'ai mis 2 millions et demi de personnes dans la rue», «Macron, c’est un petit joueur, à côté», plaisante-t-il juste après.

    François Fillon a ensuite expliqué que ce «recul» de Macron était le fait d’une «puissance médiatique, du système des réseaux sociaux» qui ont donné l’impression que «la France est à feu et à sang». «Si cette crise a déstabilisé profondément un gouvernement légitime venant d’être mis en place, ce n’est pas bon signe», a-t-il ajouté.

    Un retour en politique?

    Interrogé sur un possible retour en politique, quelle que soit l’issue de son procès, l’ex-candidat de la droite française confie: «J'ai choisi une autre vie qui me satisfait pleinement», faisant allusion à son poste de président de la commission des constructeurs de la Fédération internationale de l’automobile. «Quand je cours sur un circuit automobile, je regarde toujours devant», a-t-il conlu.

    Tags:
    procès, gilets jaunes, réforme des retraites, interview, Emmanuel Macron, François Fillon
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik