Ecoutez Radio Sputnik
    Voile / image d'illustration

    Femme voilée au conseil régional: Twitter s’enflamme à propos du geste d’un élu RN

    CC BY 2.0 / amrufm / Layar Tanchap Merdeka 68
    France
    URL courte
    724419
    S'abonner

    Après la diffusion d’une séquence montrant l’élu RN Julien Odoul exigeant d’une femme musulmane accompagnant des enfants qu’elle retire son voile lors d’une session du conseil régional, deux camps sont apparus sur le Net, les uns condamnant le comportement de l’homme politique, les autres approuvant son geste.

    La scène qui s’est produite le 11 octobre lors d’une séance du conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté a entraîné de nombreuses réactions sur Twitter.

    Le président du groupe RN à cette assemblée régionale, Julien Odoul, a appelé Marie-Guite Dufay, présidente de région, à faire retirer le voile à une accompagnatrice scolaire de Belfort qui venait de rentrer dans la salle. La vidéo des faits a été diffusée sur Twitter par le politique en question et a été déjà vue 3 millions de fois.

    Plusieurs personnalités ont commenté ce comportement, dont Marlène Schiappa, secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes, qui a vivement critiqué le geste «humiliant» de l’élu RN.

    Interrogé, le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, a qualifié la situation d'«absurde» et le comportement de Julien Odoul d'«idiot». Il a toutefois indiqué que le voile n'était «pas souhaitable dans notre société»:

    Quant aux internautes, ils se sont divisés en deux camps. Une grande majorité a condamné le comportement «raciste» et «agressif» de M.Odoul, le qualifiant de démonstration de haine et de violence:

    Selon d’autres utilisateurs de Twitter, le geste de Julien Odoul ne relève que d’un simple «rappel du règlement»:

    Pour certains, l’arrivée de cette femme portant le voile ne visait qu’à provoquer:

    Tags:
    port du voile, voile, femmes, Dijon, France, Rassemblement national (RN)
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik