Ecoutez Radio Sputnik
    deux grenouilles Kambo

    Au moins 40 kg de drogue des «chamanes» à base de grenouille ou de lianes saisis à Paris

    CC0 / flickr/Pawel Bienkowski
    France
    URL courte
    5128
    S'abonner

    Un trafic de drogues aux effets hallucinogènes, supérieurs à ceux du cannabis, a été démantelé à Paris. Selon Europe 1, il s’agit de produits dérivés d’une liane amazonienne ou sécrétés par la peau d’une grenouille amazonienne.

    La police parisienne a saisi 40 kilogrammes d’une drogue aux effets hallucinogènes, sous forme liquide ou solide, utilisée dans le cadre de cérémonies chamaniques, annonce Europe 1. Interdite en France depuis 2007, après le décès d'un touriste français en Amérique du Sud, cette drogue est traditionnelle pour certaines tribus amazoniennes.

    «Le premier produit s’appelle l’ayahuasca, c’est un dérivé d’une liane amazonienne. Et le deuxième produit, c’est le kambo, et là c’est encore plus pittoresque, puisque c’est un produit sécrété par la peau d’une grenouille amazonienne», a détaillé à la radio le commissaire Christophe Descoms, patron de la brigade des stupéfiants. «Dans les deux cas, ce sont des produits qui ont des vertus hallucinogènes extrêmement fortes».

    En particulier, comme l’indique le commissaire, l’ayahuasca est un produit qui sert à «purifier le corps après une intense diarrhée» pour que l’effet hallucinogène soit encore «plus puissant».

    Les deux hommes interpellés, dont l’un est un Canadien de 40 ans et l’autre un ancien chef d’entreprise de 72 ans, ont été mis en examen pour «trafic de stupéfiants», «mise en danger de la vie d'autrui», «risque immédiat de mort ou d'infirmité par violation manifestement délibérée d'une obligation de sécurité ou de prudence».

    Comme l’indique Europe 1 se référant à une enquête, environ 300 adeptes étaient prêts à payer, régulièrement, 100 à 300 euros, pour se purifier spirituellement au risque d'y laisser la vie.

    Tags:
    drogue, Amérique du Sud, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik