Ecoutez Radio Sputnik
    Yassine Belattar

    Belattar déconseille à Blanquer de «mettre les pieds dans le 93» en raison de ses propos sur le voile

    © AP Photo / Ludovic Marin
    France
    URL courte
    441773
    S'abonner

    L’humoriste Yassine Belattar, qui a récemment démissionné du Conseil présidentiel des villes, estime que le ministre de l’Éducation n’est «pas éduqué» suite à ses propos sur le port d’un voile islamique qui n’est «pas souhaitable» en France.

    Alors qu’il vient d’annoncer à Emmanuel Macron sa démission du Conseil présidentiel des villes, et ce dans le contexte de la polémique sur le port du voile, Yassine Belattar, animateur radio et humoriste, est revenu pour RFI sur la déclaration de Jean-Michel Blanquer qui estime que le port de voile n’est pas souhaitable sur le territoire français.

    «Ce qui est triste, c’est qu’on a un ministre de l’Éducation nationale qui n’est même pas éduqué», juge Belattar au micro de RFI matin.

    L’animateur, mis en examen pour «menaces de mort» et «harcèlement moral», considère — après avoir eu une pensée pour la directrice «qui s’est immolée dans le 93 dans une école» — que le ministre de l’Éducation ferait mieux de «s’occuper de la situation précaire de beaucoup de professeurs», plutôt «que de savoir si une femme voilée peut accompagner une sortie ou pas».

    Bien que «techniquement» il s’agisse «plutôt un ministre qui connaît bien son sujet», Belattar aimerait «savoir de quel droit maintenant, il rentre sur des notions de vivre-ensemble».

    «Si j’étais lui, j’éviterais de mettre les pieds dans le 93», prévient l’animateur, pour qui le ministre «insulte toute une frange de professeurs qui déjà, les pauvres, ont peu de moyens et font en sorte de travailler sur le vivre-ensemble dans des lycées précaires ou des collèges précaires. Comment aujourd’hui on peut annoncer à des mères voilées qu’elles ne sont pas les bienvenues sur le territoire français?»

    À la question de savoir si Jean-Michel Blanquer pouvait être en danger, il répond que «non», mais que «le vrai problème, c’est qu’aujourd’hui on ne peut pas être seulement le ministre de l’Éducation nationale du lycée Henri IV. Il y a des collèges aujourd’hui qui méritent un certain traitement.»

    Démission de Belattar

    Dans sa lettre parue le 17 octobre dans Libération, Yassine Belattar annonce à Emmanuel Macron sa démission, expliquant qu’il ne peut pas «siéger dans une institution qui voit les humiliations que subissent les habitants des quartiers». Il précise comprendre que la situation actuelle n’est pas liée à son élection, mais regrette que «certains ministres que vous avez choisis ne supportent même pas l’idée de voir une femme voilée sur le territoire».

    Port du voile «non souhaitable» dans la société française

    Les propos de M.Belattar font écho à la déclaration du ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, qui la semaine dernière sur le plateau de BFM Politique a déclaré que le voile «n’est pas souhaitable dans notre société» et n’est pas «quelque chose à encourager».

    Le débat sur le voile relancé par Julien Odoul

    Le débat sur le port du voile islamique a refait surface après que l’élu RN Julien Odoul a demandé à une accompagnatrice scolaire de retirer son voile le 11 octobre lors d’une session du Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté.

    Les élus du RN avaient alors quitté la salle, ainsi que la femme visée qui affirme avoir ensuite subi des «violences verbales» de la part de certains d'entre eux.

    L’accompagnatrice a finalement décidé de déposer deux plaintes, l’une à Dijon, l’autre à Paris.

    Tags:
    Yassine Belattar, musulmans, Jean-Michel Blanquer, France, port du voile
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik