France
URL courte
611341
S'abonner

Alertée sur la présence d'un homme retranché dans le Musée archéologique de Saint-Raphaël, la police nationale a lancé une intervention dans la matinée du 23 octobre. Un périmètre de sécurité a été mis en place dans le secteur. «Le musée va devenir un enfer», affirme une inscription visible depuis l'extérieur du musée.

La police nationale a annoncé une intervention dans le Musée archéologique de Saint-Raphaël (Var), ce mercredi matin, après avoir été alertée de la présence d'au moins un individu retranché à l'intérieur.

Suite à une opération de police, l'homme retranché a été interpellé. L'arrestation a été confirmée par la Préfecture du Var. L'homme, qui n'était a priori pas armé, aurait agi seul. Il était entré au petit matin dans le musée avant l'ouverture au public. Ses motivations ne sont pas connues à ce stade, a-t-elle ajouté.

Selon une source policière de BFM TV, l'homme interpellé voent d'avoir 18 ans. Il serait entré par effraction dans le musée au petit matin, avant l'ouverture au public.

C'est une femme de ménage qui a lancé l'alerte car elle n'a pas pu ouvrir la porte d'entrée bloquée de l'intérieur.

France Bleu rapporte, se référant à une source proche du dossier, la découverte d'inscriptions en arabe «inquiétantes» sur les lieux, évoquant «le musée et l'enfer».

Un périmètre de sécutiré a été mis en place, ce qui entrave la circulation. Une intervention du Raid doit bientôt débuter.

Selon le Parquet de Draguignan, «même s'il faut rester très prudent car nous n'avons pas à l'heure actuelle d'éléments sur sa motivation, nous serions davantage face à un déséquilibré».

Lire aussi:

Une Chinoise venant de Wuhan dupe les autorités françaises et entre à Paris avec de la fièvre
Un poisson saute hors de l’eau et transperce le cou d’un pêcheur – photo choc
Poutine rhabille un militaire palestinien en pleine cérémonie – vidéo
Comment Téhéran pourrait faire s’effondrer les marchés américains
Tags:
intervention, RAID, raid, Le Var
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik