France
URL courte
2165
S'abonner

Après son arrestation, un homme qui avait forcé un barrage de police dans les Pyrénées-Orientales est parvenu à s'échapper alors qu’il avait les mains menottées.

Un chauffard a forcé le passage le 18 octobre, refusant de se soumettre à un contrôle routier de la police à l’entrée du Perthus, dans les Pyrénées-Orientales. Un agent a jeté une herse sous les roues du véhicule, lui crevant les pneus, mais ce dernier ne s’est pas arrêté, relate L’Indépendant.

Une course-poursuite s’est alors engagée, qui s’est achevée lorsque le chauffard a perdu le contrôle de sa voiture et a percuté une paroi rocheuse.

Interpellé, le conducteur a été transporté au commissariat. Mais à peine sorti du véhicule de service, les poignets menottés, il s’est mis à courir en traversant les voies d’une autoroute avant de disparaître.

Le fugitif n’a été retrouvé que quelques heures plus tard, à Maureillas.

Il voudrait «voir ses enfants»

Le prévenu, âgé de 29 ans, était sous l’effet de l’alcool. Il a comparu devant le tribunal correctionnel de Perpignan. Il est sorti de prison il y a moins de deux mois, jugé dans le cadre d’une affaire de stupéfiants, et totalise déjà 19 mentions sur son casier judiciaire. Il avait interdiction de se trouver dans les Pyrénées-Orientales et c’est pour cela qu’il a tenté de se soustraire au contrôle.

Essayant de se justifier, le jeune homme a dit que sa compagne et ses deux enfants vivent dans le département et qu’il ne résiste pas au besoin de les voir. Cependant, son passager a témoigné qu’il avait bu durant toute la soirée.

Le prévenu a été condamné à six mois de prison ferme avec maintien en détention. Sa voiture a été confisquée.

Lire aussi:

«Wallah tu vas plus rigoler»: une femme violemment agressée par un individu dans le métro de Paris – vidéo
Un chien abandonné et attaché à une cage avec ses chiots retrouvé sur la route – photos
Un astéroïde géant fonce vers la Terre, un chercheur indique quelles peuvent en être les conséquences
Tags:
Pyrénées-Orientales, menottes, France, police
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik