Ecoutez Radio Sputnik
    клетка

    Des détenus de la prison de Valenciennes refusent de regagner leurs cellules

    CC0 / Pexels / Cellule
    France
    URL courte
    614
    S'abonner

    Des détenus de la maison d’arrêt de Valenciennes ont manifesté ce 28 octobre pour dénoncer les conditions dans lesquelles ils vivent. Les surveillants de la prison avaient quant à eux protesté la semaine dernière.

    Des détenus de la prison de Valenciennes, dans le département du Nord, ont protesté ce 28 octobre pour dénoncer leurs conditions d’incarcération, rapporte La Voix du Nord. Le 22 octobre, les surveillants de l’établissement avaient manifesté contre leurs conditions de travail.

    Ce lundi après-midi, 70 détenus de la maison d’arrêt de Valenciennes ont en effet décidé de ne pas regagner leurs cellules après la promenade. Les protestations ont été relativement calmes, précise le quotidien régional, ajoutant qu’ils sont progressivement retournés dans leurs cellules.

    Les détenus se sont avant tout plaints de ne pas avoir d’eau chaude depuis trois semaines, alors qu’ils y ont normalement droit trois fois par semaine. Le chauffage ne fonctionne pas non plus car des travaux sont en cours.

    Les prisonniers doivent également faire face à un des taux de surpopulation les plus élevés de la région, qui atteindrait près de 200% chez les hommes et les oblige à partager à trois des cellules de deux ou à six des cellules de quatre.

    Le 22 octobre, les surveillants pénitentiaires avaient quant à eux bloqué les entrées et sorties de l’établissement pour exprimer leur mécontentement vis-à-vis de leurs conditions de travail.

    Surpopulation carcérale

    La surpopulation carcérale est un problème chronique qui touche essentiellement les maisons d’arrêts en France.

    Au 1er juillet 2019, l’administration pénitentiaire recensait 71.710 détenus pour 61.105 places, dont 1.389 matelas au sol.

    Tags:
    protestations, détenus, Valenciennes, Hauts-de-France, maison d'arrêt, population carcérale
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik