Ecoutez Radio Sputnik
    ADN

    Quelle était la maladie de Jean-Paul Marat qui l’obligeait à prendre continuellement des bains?

    © REUTERS / National Human Genome Research Institute
    France
    URL courte
    4315
    S'abonner

    Après d’innombrables hypothèses émises au sujet de la maladie du révolutionnaire Jean-Paul Marat, qui ne pouvait pratiquement pas quitter sa baignoire, une équipe internationale de chercheurs semble être fixée. En effet, elle affirme que l’homme souffrait d’une dermatite séborrhéique.

    Le révolutionnaire français Jean-Paul Marat a été assassiné en 1793 dans sa baignoire où il tentait de trouver un soulagement à la maladie de peau dont il souffrait.

    Des chercheurs espagnols de l'université Pompeu Fabra à Barcelone ont réalisé, avec l’assistance de collègues français et britanniques, une analyse génétique de traces de sang de l’homme, a relaté le site Biorxiv.

    «Sur la base de toutes les preuves disponibles, nous émettons l'hypothèse que Marat pourrait avoir souffert d'une infection fongique primaire (dermatite séborrhéique) surinfectée par des agents pathogènes bactériens opportunistes» qui provoquent des troubles lorsque les défenses immunitaires de l'hôte sont affaiblies, a indiqué l’étude.

    Différentes hypothèses

    En effet, au moment de sa mort, Marat lisait des journaux et ceux-ci ont été imprégnés de taches de son sang. Ces journaux ayant été conservés par sa sœur, deux numéros de L’Ami du peuple se trouvent actuellement à la Bibliothèque nationale de France.

    Les analyses métagénomiques ont révélé la présence d'ADN fongique, bactérien et viral. En outre, l'analyse a confirmé l'ascendance hétérogène de Marat, sa mère étant d'origine française et son père né en Sardaigne, a précisé l’étude.

    Les informations sur l’état de santé du révolutionnaire durant les dernières années de sa vie sont quasi inexistantes. On sait seulement qu’il souffrait d’une grave maladie de peau. Les hypothèses étaient des plus variées, au gré des médecins et des époques et allant d'une forme grave d'eczéma jusqu’à un mal d’origine herpétique, en passant par les conséquences d'un diabète, la lèpre ou encore la syphilis.

    Tags:
    meurtre, syphilis, lèpre, diabète, état de santé, analyse, Sardaigne, ADN, journal, médecine, Barcelone, université, chercheurs, révolutionnaire, baignoire, maladies, hypothèse
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik