Ecoutez Radio Sputnik
    magasin (image d'illustration)

    On lui refuse des chips à crédit dans l’Essonne, il revient avec un sabre

    CC0 / ccipeggy
    France
    URL courte
    7418
    S'abonner

    Après qu’un employé de l’épicerie Château-Rouge de Corbeil-Essonnes lui a refusé un paquet de chips à crédit, un trentenaire l’a menacé avec un katana. Le vendeur a décidé de se défendre à l’aide d’une bombe lacrymogène.

    Après avoir attaqué l’épicerie Château-Rouge de Corbeil-Essonnes avec un katana car on lui avait refusé des chips à crédit, un homme de 30 ans a été condamné lundi 4 novembre à six mois de prison ferme pour dégradations et violences avec usage d’une arme, relate Le Parisien.

    Selon le quotidien, les faits remontent au 27 septembre. L’individu s’est présenté à la caisse de l’épicerie pour acheter de l’alcool et un paquet de chips. C’est alors que sa banque lui a refusé le paiement par carte bancaire.

    Décidant d’abandonner l’alcool, le trentenaire a demandé au commerçant de lui accorder un crédit pour le paquet de chips, crédit qui lui a été refusé. Il s’est alors mis en colère, lançant: «Je promets de revenir pour te découper. Je te lâcherai pas!».

    D’après le média, il est revenu au magasin un peu plus tard katana en main, s’attaquant à la vitrine avant d’éventrer un sac de riz et menaçant l’employé. Ce dernier a décidé de se défendre avec une bombe lacrymogène.   

    Un témoin a alerté les forces de l’ordre, qui ont rapidement interpellé le prévenu. Celui-ci a déclaré aux policiers qu’il ne regrettait «même pas» son acte.

    Le quotidien indique que l’agresseur a lancé au psychiatre qu’il préférait «les armes blanches parce que ça fait plus crédible que les armes à feu» et que «devant la justice, on risque moins».  

    Après avoir été placé en détention provisoire, il a tout cassé dans sa cellule et a été conduit au quartier disciplinaire.

    Devant la justice, il a avoué fumer dix joints de cannabis et boire entre 20 et 30 canettes d’alcool par jour, reconnaissant devenir agressif après une telle consommation.

    Le trentenaire a été condamné à six mois de prison ferme avec interdiction de détenir une arme pendant trois ans.

    Tags:
    dégradation, violences, crédit, interpellation, sabre, gaz lacrymogènes, Corbeil-Essonnes, attaque, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik