Ecoutez Radio Sputnik
    Un enfant

    Un instituteur des Bouches-du-Rhône blesse gravement un enfant avec une éponge - photo

    CC0 / MadalinCalita
    France
    URL courte
    391153
    S'abonner

    Un instituteur des Bouches-du-Rhône a utilisé le côté abrasif d’une éponge pour enlever une trace de feutre du visage d’un enfant de quatre ans. Une plainte a été déposée contre l’enseignant, ce moyen de montrer «l’exemple aux autres enfants» ayant laissé une «dermabrasion-brûlure» sur la joue du garçonnet.

    Les parents de César, quatre ans, ont déposé une plainte contre l’instituteur de leur fils après qu’il l’a blessé au visage en enlevant une trace de feutre, selon France Bleu Provence. Les faits ont eu lieu le 1er octobre à l'école maternelle La Quinsounaïo, à Roquevaire.

    Ce jour-là, l’enseignant a appelé les parents de César pour leur annoncer qu’après avoir enlevé une trace de feutre de la joue du garçon, ce dernier avait fait une réaction allergique. Une fois arrivés à l’école, les parents ont constaté une importante plaie sur la pommette de leur fils, ressemblant à une brûlure.

    L’instituteur a expliqué qu’il avait frotté la joue de l’enfant afin que «ça serve d’exemple aux autres enfants», comme l’ont précisé les parents.

    Lésion cutanée de dermabrasion-brûlure

    César leur a confié qu’en frottant sa joue, l’instituteur avait utilisé le côté abrasif de l’éponge. Le même soir, les parents ont déposé une plainte contre l’enseignant auprès de la gendarmerie de Roquevaire. Après avoir examiné l’enfant à la demande du procureur, le médecin légiste de Marseille a constaté «une lésion cutanée de dermabrasion-brûlure».

    Instituteur remplacé

    Bien que les parents aient réussi à obtenir le remplacement de l’instituteur, ils attendent toujours les résultats de l'enquête. Selon la mère de César, ce dernier est «psychologiquement atteint» par l’incident et l’enseignant n’a pas présenté ses excuses.

    Tags:
    enfants, enseignant, Bouches-du-Rhône, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik