France
URL courte
10618
S'abonner

Un employé radicalisé gardait les cellules abritant des détenus en attente d’être jugés, celles-ci étant situées dans les sous-sols du Tribunal de grande instance de Paris. Le parquet a demandé son exfiltration immédiate et le procureur de Paris, Rémy Heitz, a appelé à davantage de vigilance, rapporte Le Figaro.

Un mois après l’attentat commis au sein de la préfecture de police, il s’est avéré qu’un surveillant de prison qui officiait depuis quelques mois au dépôt du Palais de justice de Paris était radicalisé, a relaté Le Figaro en ajoutant que le parquet avait demandé son exfiltration immédiate.

L’homme gardait les cellules accueillant les détenus extraits de leurs prisons et sur le point d’être jugés.

Le journal a indiqué qu’il avait été discrètement muté dans des services administratifs sans lien direct avec des personnes détenues.

Surveillé bien avant sa nomination

L’homme aurait fait l’objet d’une surveillance du renseignement pénitentiaire bien avant sa nomination.

Selon Le Figaro, le procureur de Paris, Rémy Heitz, a demandé aux différents services du tribunal de faire plus attention à ces dérives et de resserrer la vigilance dans le recrutement ainsi que concernant les profils des agents amenés à travailler au tribunal.

Cette histoire fait surface un mois seulement après qu’Emmanuel Macron a appelé la nation à la vigilance contre le terrorisme islamiste et a promis de mener un «combat sans relâche» contre «l’hydre islamiste».

Lire aussi:

L'ancien international de rugby Christophe Dominici retrouvé mort dans les Hauts-de-Seine
Un policier fait un croche-pied à un migrant lors de l'évacuation place de la République – vidéo
Deux personnes blessées dans une attaque au couteau dans un magasin en Suisse
Tags:
radicalisation, gardien, prison
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook