Ecoutez Radio Sputnik
    Gilets jaunes à Paris. Archives

    Gilets jaunes: une «réponse pénale sans précédent» avec plus de 3.000 condamnations

    © Sputnik .
    France
    URL courte
    16525
    S'abonner

    Depuis le début du mouvement des Gilets jaunes, plus de 3.100 personnes ont été condamnées par la justice française en lien avec les manifestations. Près de 400 d’entre elles ont écopé de peines de prison ferme.

    À l’approche du premier anniversaire du mouvement des Gilets jaunes né le 17 novembre 2018, Le Monde dresse un sombre bilan de la réponse pénale apportée «aux divers débordements de l’année écoulée», notamment aux «confrontations répétées» entre protestataires et forces de l’ordre.

    Le quotidien passe en revue «gardes à vue, classements sans suite, condamnations, etc.» prononcés contre des manifestants, soulignant qu’il ne s’agit que d’un «bilan provisoire» pour la période du 17 novembre 2018 au 31 juin 2019.

    Les chiffres sont éloquents: le nombre de condamnations s’élève à plus de 3.100, soit «un record pour un mouvement social», constate Le Monde. Sur ces 3.100 personnes condamnées, environ 400 ont écopé de peines de prison ferme, et 600 autres de peines de prison avec possibilité d’aménagement.

    «Selon nos informations, les peines prononcées sont allées, en moyenne, de quelques mois à trois ans de prison, avec ou sans sursis», écrit le quotidien qui met en doute les «accusations de laxisme dont a pu faire l’objet la justice lors de certains débats politiques».

    Plus de 10.000 gardes à vue en sept mois

    Dans le même temps, plus de 10.000 personnes ont été «retenues et entendues dans toute la France au cours des sept mois les plus intenses de manifestations», indique le journal. Selon ses calculs, près de 2.200 gardes à vue ont été classées sans suite, et 2.400 ont fait l’objet de mesures alternatives aux poursuites.

    Des poursuites judiciaires ont en revanche été lancées contre 5.300 individus, dont 2.100 ont été jugés en comparution immédiate et 2.000 autres ont reçu une convocation judiciaire pour une date ultérieure. Des juges des mineurs ont été saisis dans 410 cas, et 620 personnes ont préféré une procédure de «plaider-coupable», détaille Le Monde.

    Avec les manifestants, la justice est plus rapide

    Toujours d’après ses données, la justice a travaillé «relativement vite dans les dossiers impliquant des manifestants», alors que les affaires de violences impliquant les membres des forces de l’ordre sont «mécaniquement plus lentes».

    Le journal reconnaît que cet écart «nourrit bien sûr une partie du ressentiment de certains militants». Le Monde rappelle en outre que seuls deux fonctionnaires ont été à ce jour renvoyés devant un tribunal correctionnel à Paris.

    Tags:
    justice, France, condamnation, prison, gilets jaunes
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik