France
URL courte
Le couple Balkany face à la justice (32)
0 0
S'abonner

La justice refuse la deuxième demande de mise en liberté de Patrick Balkany, qui était toujours incarcéré faute d'avoir pu réunir le montant de la caution fixée après l'acceptation de sa première demande de libération.

La cour d’appel de Paris a rejeté mercredi 13 novembre la deuxième demande de mise en liberté de Patrick Balkany, détenu à la prison parisienne de la Santé depuis deux mois. Le maire LR de Levallois-Perret (Hauts-de-Seine), qui a refusé d'être extrait de sa cellule de la maison d'arrêt de la Santé, n'était pas présent au délibéré.

«Le maintien en détention de Patrick Balkany est ordonné», a indiqué le président, sans expliquer les motivations de la cour.

Nouvelle demande

Après ce refus, l’avocat de Patrick Balkany a annoncé que son client allait déposer une nouvelle demande de mise en liberté.

«Nous ne comprenons pas cette décision de maintien en détention. Nous allons immédiatement déposer une deuxième demande de mise en liberté pour Patrick Balkany», a déclaré à l'AFP Eric Dupond-Moretti.

Le 28 octobre, la cour d'appel de Paris a accepté la première demande de remise en liberté de Patrick Balkany, liée à sa condamnation à quatre ans de prison ferme pour fraude fiscale le 13 septembre.

Mais l'élu de 71 ans est resté incarcéré en raison d'une deuxième condamnation à cinq ans de prison, prononcée le 18 octobre, pour des faits de blanchiment de fraude fiscale.

La cour d'appel, en faisant droit à la première demande de mise en liberté du maire de Levallois-Perret, a par ailleurs fixé plusieurs conditions comme le paiement d'une caution de 500.000 euros, qui pourrait bloquer sa sortie de prison.

Dossier:
Le couple Balkany face à la justice (32)

Lire aussi:

La France passe la barre des 10.000 décès et enregistre 518 nouveaux cas graves de Covid-19
Covid-19: en Afrique, inquiétudes et amalgames sur les intentions de la France
«Aphrodisiaque», la viande de chien est réservée aux hommes, dans le nord du Togo
Tags:
Levallois-Perret, Hauts-de-France, justice, prison, Patrick Balkany