France
URL courte
15243
S'abonner

Des centaines de médecins, paramédicaux et personnels hospitaliers du collectif Inter-hôpitaux sont descendus dans la rue ce jeudi 14 novembre à Paris pour réclamer un «plan d'urgence pour l'hôpital public».

Une manifestation du personnel hospitalier, appuyée par les syndicats la CGT, FO et la CFDT, a réuni des centaines de médecins ce jeudi 14 novembre à Paris.

«Patients en danger! Personnel méprisé!», scandent des manifestants.

​Les médecins se sont réunis vers 12h00 devant la maternité Port Royal, dans le sud de la capitale, avant de s'élancer, à 14h00, en direction du Sénat, de l'Assemblée nationale et de Matignon. Ils réclament une augmentation des salaires, une hausse des effectifs et la réouverture des lits fermés, d’après les médias.

Grève des services hospitaliers

Le mouvement de grève inédit touche les services hospitaliers depuis près de huit mois en France pour alerter le gouvernement sur la situation dans le secteur.

​Selon les chiffres de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES), le nombre d’admissions dans les services d’urgence a doublé en 20 ans. En septembre, Agnès Buzyn, ministre de la Santé, a annoncé que l’État allait débloquer 750 millions d’euros d’ici à 2022 pour résoudre cette crise. Mais fin octobre, 260 services étaient toujours en grève, selon le collectif Inter-urgences.

À l’occasion du vote du projet de loi de financement de la Sécurité sociale le 29 octobre, les membres des collectifs Inter-hôpitaux et Inter-urgences ont défilé à Paris. Mme Buzyn a ensuite annoncé préparer un plan pour l'hôpital public et l'hôpital en général qui doit être présenté en novembre.

Lire aussi:

Un chien protège un garçon de trois ans perdu dans les bois
La punition qu’un père administre à ses filles qui refusent de porter le voile
Quelle a été la réaction de l’épouse de Benjamin Griveaux à la publication de ses vidéos X?
Tags:
France, hôpital, personnel, Paris, manifestation
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook