Ecoutez Radio Sputnik
    Les tempêtes de neige laissent des milliers de foyers sans électricité en France

    Une famille iséroise s’intoxique au monoxyde de carbone en installant un barbecue dans son salon

    © CC BY 2.0 / Jelly Dude
    France
    URL courte
    7210
    S'abonner

    À Sardieu, dans l’Isère, une famille a décidé de se réchauffer en installant un barbecue dans le salon après une coupure de courant. L’astuce s’est avérée être une mauvaise idée: les dégagements de monoxyde de carbone ont intoxiqué trois personnes.

    Une famille de Sardieu, en Isère, a été intoxiquée au monoxyde de carbone en tentant de se réchauffer au barbecue, informe France 3. À cause des intempéries, plusieurs localités du département sont privées d’électricité depuis 48 heures.

    En effet, la famille a été intoxiquée par ce chauffage de fortune, installé au milieu de son salon. La mère de famille, un jeune homme de 24 ans et une fillette de 12 ans ont dû être pris en charge. De son côté, le père de famille a pu rester sur place.

    La veille, huit personnes avaient déjà été intoxiquées au monoxyde de carbone en raison d’une mauvaise utilisation de leur groupe électrogène, souligne la chaîne. L’agence régionale de santé appelle quant à elle à ne pas utiliser de chauffage d’appoint à combustion de manière prolongée.

    Coupures d’électricité dans le sud-est

    Vendredi, Enedis annonçait que 190.000 foyers étaient privés de courant dans la Drôme, l’Isère et l’Ardèche en raison de fortes chutes de neige.

    Ce dimanche 17 novembre, quelque 70.000 habitations ne disposaient toujours pas d’électricité, dont 22.000 en Isère.


     

    Lire aussi:

    Elle tente d’ouvrir les mâchoires d’un puma pour en arracher son chien
    Il prend sa retraite à 24 ans grâce à une épargne agressive
    Réforme des retraites: Delevoye déclare finalement 13 mandats et regrette une «erreur»
    Tags:
    intoxication, monoxyde de carbone, coupures d’électricité, intempéries, Isère, neige
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik