Ecoutez Radio Sputnik
    Rescuers sail near a suspension bridge which collapsed on November 18, 2019, in Mirepoix-sur-Tarn, near Toulouse, southwest France.

    Pont effondré près de Toulouse: le procureur indique la cause «apparente» de l’accident

    © AFP 2019 ERIC CABANIS
    France
    URL courte
    30532
    S'abonner

    L’effondrement du pont à Mirepoix-sur-Tarn (Haute-Garonne), survenu ce lundi 18 novembre et ayant entraîné la mort de deux personnes, aurait pu être causé par le poids du camion qui a roulé sur l'infrastructure, a indiqué le procureur de Toulouse.

    Le camion ayant emprunté le pont suspendu qui s'est effondré lundi à Mirepoix-sur-Tarn (Haute-Garonne) pesait «plus de 50 tonnes», ce qui dépassait la capacité maximale de 19 tonnes qu’avait cet ouvrage datant de 1931, écrit l'AFP.

    «Le fait que ce véhicule lourd ait emprunté ce pont [...] semble être, en l'état des investigations, la cause immédiate et apparente de l'accident», a déclaré Dominique Alzeari, procureur de la République de Toulouse, lors d'une conférence de presse.

    Toujours selon le procureur, le pont «mentionne expressément qu'un seul camion peut l'emprunter à la fois, et que sa capacité formelle d'utilisation se limite à 19 tonnes. C'est affiché tel quel».

    Plus tôt dans la journée, la secrétaire d'État à la Transition écologique, Emmanuelle Wargon, a évoqué sur LCI la même hypothèse. Pour le maire de Mirepoix-sur-Tarn, Éric Oget, il est clair qu’il s’agissait «d’un camion de gabarit hors normes».

    Deux personnes ont trouvé la mort dans cet accident survenu lundi 18 novembre peu avant 8h00: une adolescente de 15 ans habitant Mirepoix-sur-Tarn, et le chauffeur du camion.

    Lire aussi:

    Elle tente d’ouvrir les mâchoires d’un puma pour en arracher son chien
    De minuscules «koalas» trouvés sur les coussinets de chiens envahissent la Toile – photos
    Incident en coulisses de Miss France: une candidate évacuée de la scène en larmes
    Tags:
    pont, accident, procureur, Toulouse
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik