Ecoutez Radio Sputnik
    François Ruffin

    Après de bruyants échanges à l’Assemblée sur les Gilets jaunes, le député François Ruffin sanctionné

    © AFP 2019 STEPHANE DE SAKUTIN
    France
    URL courte
    16153
    S'abonner

    Après une séance animée à l’Assemblée nationale sur les Gilets jaunes et le préfet de police de Paris, le député de La France insoumise François Ruffin a été sanctionné par le président de l’Assemblée à hauteur de 1.600 euros, qui seront prélevés sur son indemnité parlementaire.

    Lors de la séance des questions au gouvernement (QAG), mardi 19 novembre, une intervention d’Ugo Bernalicis, député La France insoumise, suivie de celle de son collègue François Ruffin, sur fond de débat à propos du préfet de police de Paris et des Gilets jaunes, a valu à ce dernier une «note» au procès-verbal de la séance. Cette sanction s’accompagnera d’un prélèvement de 1.600 euros sur son indemnité parlementaire, rapporte Le Parisien.

    L’élu LFI du Nord, Ugo Bernalicis, est d’abord revenu sur la manifestation des Gilets jaunes dans la capitale, samedi 16 novembre, a interrogé le ministre de l’Intérieur sur la réalité du droit de manifester et a mis en cause le préfet de police de Paris, Didier Lallement, mentionnant le surnom de «préfet qui fait frapper les flics».

    «C'est à dessein que vous l'avez nommé, car il y a une adéquation entre votre doctrine de maintien de l'ordre et la réputation de ce préfet, entre l'éborgneur et le fou furieux», a lancé le député devant l’Assemblée, exigeant que le préfet soit démis.

    Laurent Nunez, secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur, a défendu la «doctrine définie au niveau du gouvernement» et qu’«il ne s’agit pas d’empêcher le droit de manifester». Alors que l’hémicycle se montrait de plus en plus bruyant, François Ruffin a reproché au secrétaire d’État son manque de compassion pour les manifestants blessés, indique Le Parisien.

    Cette en raison de cette intervention que le député de la Somme s’est vu infliger une amende de 1.600 euros par le président de l’Assemblée, Richard Ferrand.

    «Lorsque j'ai parlé, on m'a hurlé dessus. Il y a eu un tel brouhaha que peu de gens ont pu entendre mes propos. Et pourtant, il n'y a eu que François Ruffin qui a été sanctionné. C'est inadmissible», s’est indigné Ugo Bernalicis auprès du Parisien.

    Intervention du Premier ministre

    Le Premier ministre Édouard Philippe a ensuite interpellé les élus LFI à propos de leur intervention sur Didier Lallement.

    «Mettre en cause nommément un fonctionnaire qui exerce sa mission au service de l'État et qui, dans cet hémicycle, ne peut pas répondre puisqu'il ne peut pas parler et qu'il ne peut pas s'y présenter, me semble ne pas exactement correspondre aux exigences que nous avons à poser d'une démocratie mûre», a lancé le chef du gouvernement.

    «Tel ou tel parlementaire peut parfaitement critiquer l'action du gouvernement, mais si vous avez à mettre en cause l'action d'un fonctionnaire, alors adressez-vous au ministre de l'Intérieur ou au Premier ministre», a-t-il ajouté, selon des propos relatés par Le Parisien.

    Lire aussi:

    Elle tente d’ouvrir les mâchoires d’un puma pour en arracher son chien
    De minuscules «koalas» trouvés sur les coussinets de chiens envahissent la Toile – photos
    Incident en coulisses de Miss France: une candidate évacuée de la scène en larmes
    Végane depuis cinq ans, elle mange de la viande et s’étonne des résultats
    Tags:
    Didier Lallement, amende, sanctions, Richard Ferrand, François Ruffin, Assemblée nationale, gilets jaunes
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik