Ecoutez Radio Sputnik
    Mali, opération Barkhane

    Macron prêt à réexaminer les «modalités d'intervention» de la France au Sahel

    © Photo. DAPHNE BENOIT
    France
    URL courte
    101318
    S'abonner

    Trois jours après la mort de treize soldats au Mali, Emmanuel Macron a réclamé une «plus grande implication» de ses alliés dans la lutte contre le terrorisme dans la région.

    Emmanuel Macron s'est dit prêt à réexaminer les «modalités d'intervention» de la France au Sahel et a souhaité une «plus grande implication des alliés» contre le terrorisme dans la région. 

    Au Sahel, «la France est impliquée et agit pour le compte de tous. La mission qui est la nôtre là-bas est importante. Néanmoins, le contexte que nous sommes en train de vivre au Sahel nous conduit aujourd'hui à regarder toutes les options stratégiques», a déclaré le Président français après avoir reçu le secrétaire général de l'Otan Jens Stoltenberg.

    «Dans les prochaines semaines un travail en profondeur sera demandé au gouvernement et à nos armées pour regarder les modalités de nos interventions. Toute les options sont ouvertes. Dans ce contexte, une plus grande implication des alliés serait tout à fait bénéfique», a-t-il demandé, une semaine avant un sommet de l'Otan à Londres.

    Cet appel s'adresse avant tout aux Européens, a précisé l'Élysée.

    13 soldats français morts en opération au Mali

    Les deux hélicoptères à bord desquels les 13 militaires opéraient sont entrés en collision le 25 novembre alors qu'ils appuyaient des commandos parachutistes qui avaient repéré des pick-up suspects dans le sud du Mali. Aucun des occupants n'a survécu.

    Ces hommes, tous officiers et sous-officiers, servaient au 5e régiment d'hélicoptères de combat (5e RHC), au 4e régiment de chasseurs (4e RCH), au 93e régiment d'artillerie de montagne (93e RAM) et à la Légion étrangère.

    Une cérémonie d'hommage national, présidée par Emmanuel Macron, aura également lieu lundi aux Invalides, symbole militaire à Paris, qui accueille depuis le 17e siècle vétérans et blessés de guerre et abrite le tombeau de Napoléon Ier.

    Lire aussi:

    Seine-Saint-Denis: un homme muni d’un couteau crie en pleine rue «Allahu akbar» et meurt après s'être fait interpeller
    Des policiers «en embuscade» chargent des manifestants et renversent un paraplégique à Rennes - vidéo
    Retraites: Macron et Philippe ont-ils bafoué la Constitution en laissant Delevoye au gouvernement?
    Tags:
    Jens Stoltenberg, Sahel, France, Emmanuel Macron, Mali
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik