France
URL courte
9327
S'abonner

Une femme de 62 ans a perdu la vie à cause d’un infarctus au centre hospitalier de Trévenans, près de Belfort, en dépit de cinq appels passés au SAMU. Sa fille a porté plainte.

Les médecins du SAMU sont arrivés seulement une heure après le premier des cinq appels faits par la fille d’Edith Greffier, 62 ans, laquelle se sentait de moins en moins bien, rapporte France 3.

Les faits ont eu lieu lors d’un repas familial, le 14 septembre dernier, au domicile de la famille Greffier à Lachapelle-sous-Chaux, dans le territoire de Belfort (Bourgogne-Franche-Comté).

«Il y a beaucoup de gastros en ce moment»

Mme Greffier s’est sentie mal et sa fille a donc contacté le 15. Elle a expliqué à une opératrice que sa mère avait mal au bras gauche et qu’elle avait des problèmes de respiration. L’opératrice l’a mis en relation avec une régulatrice, à qui elle a indiqué que sa mère avait commencé à vomir. Celle-ci lui a rétorqué qu' «il y a beaucoup de gastros en ce moment» et que les secours allaient bientôt arriver.

Mais le temps a passé, et Edith Greffier s’est sentie de moins en moins bien. La famille a appelé à nouveau, à plusieurs reprises. Finalement, une heure plus tard, une équipe médicale est arrivée, selon les enregistrements consultés par France 3. La jeune retraitée a toutefois trouvé la mort suite à une crise cardiaque au centre hospitalier de Trévenans, près de Belfort.

Deux jours plus tard, une plainte pour «non-assistance à personne en danger» a été déposée par la fille de la victime. La police l’a requalifiée en «homicide involontaire», précise France 3.

Lire aussi:

Un camion force son passage parmi des manifestants à Minneapolis prêts à lyncher le conducteur – vidéos
«Cent fois pire»: un nouveau virus prédit pour l’humanité
Le couvre-feu et la Garde nationale à Washington suite aux manifestations devant la Maison-Blanche - vidéos
Moscou répond aux soupçons de son implication dans les troubles aux États-Unis
Tags:
crise cardiaque, Samu social, France
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook