France
URL courte
12324
S'abonner

Les agents d’un point de contrôle situé à l’entrée du marché de Noël de Strasbourg ont interpellé un homme qui cachait un sabre japonais dans son étui à guitare, relate 20 Minutes.

Les marchés de Noël demeurent sous haute sécurité après l’attentat terroriste du 11 décembre 2018. Les agents de sécurité procèdent ainsi à des contrôles stricts. Le 28 novembre, un homme a été interpellé à un point de contrôle du marché de Strasbourg car il transportait un sabre japonais dans son étui à guitare.

L’individu de 32 ans s’est présenté au contrôle «tout simplement», raconte 20 Minutes en se référant à la police.

Après qu’un agent de sécurité a vu le katana, l’homme a été interpellé «dans le calme et sans résistance» puis placé en garde à vue, selon le média.

La même source a indiqué que l’individu n’était pas défavorablement connu de la police et de la justice.

Face aux policiers, le trentenaire a expliqué qu’il prenait toutes ses affaires avec lui, sa guitare, son baluchon et son sabre japonais auquel il tenait beaucoup, «sans penser à mal».

Actuellement, il a fait l’objet d’un rappel à la loi. Quant à son arme, le parquet a ordonné sa saisie et sa destruction.

Le marché de Noël de Strasbourg un an après l’attentat

À Strasbourg, la 450e édition du marché de Noël aura lieu du 22 novembre au 30 décembre.

L’attaque terroriste du 11 décembre 2018 a fait cinq morts et 11 blessés. Dans ce contexte, les autorités renforcent le dispositif de sécurité par plusieurs unités de forces mobiles, les traditionnelles forces Sentinelles et la police municipale.

Lire aussi:

Reconnu coupable de corruption, Sarkozy écope de trois ans de prison, dont un ferme
Le Kremlin répond à Biden sur l’«annexion de la Crimée»
Suspecté d’avoir tenté de tuer sa compagne, il s’engage dans une course-poursuite avec les forces de l’ordre
Opération de police au siège du FC Barcelone, le président Bartomeu arrêté
Tags:
fusillade de Strasbourg (11 décembre 2018), Strasbourg, marché de Noël, sabre, armes
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook