Ecoutez Radio Sputnik
    Soldats français

    Fiché S pour islamisme radical, sa société travaillait avec le ministère des Armées

    © AFP 2019 IAN LANGSDON / POOL
    France
    URL courte
    13841
    S'abonner

    Le patron d’une société de nettoyage, avec qui le ministère des Armées a collaboré, s’est avéré être fiché S pour islamisme radical et ce, quelques jours après l’attaque à la préfecture de police de Paris début octobre dernier.

    Le ministère français des Armées a recruté une société d’entretien dont le patron s’est avéré être fiché S pour islamisme radical, quelques jours après la tuerie à la préfecture de police de Paris qui a eu lieu le 3 octobre dernier, rapporte Le Canard enchaîné.

    Selon l’hebdomadaire, c’est la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI) qui a fait cette découverte.

    «À quoi bon s'embêter à répertorier et à surveiller les radicalisés, pour notamment s'assurer qu'ils n'ont pas accès à des informations sensibles, si les autres administrations se foutent de notre travail?», s’indigne un agent du contre-espionnage français au média.

    D’après le Canard, la société d’entretien qui appartient à ce fiché S était chargée du «nettoyage périodique des locaux et de la vitrerie» d’une caserne du XIIIe arrondissement de Paris qui se trouve près d’un lycée.

    L’hebdomadaire indique que la prestation était rémunérée près de 73.000 euros, hors taxes. La caserne Lourcine comprend près de 208 chambres, abrite des «cadres célibataires» de l'armée, de passage dans la capitale.

    Pour l’instant, le ministère des Armées ne s’est pas exprimé sur cette information. Pourtant, un haut placé du ministère a reconnu auprès du Canard enchaîné un «trou dans la raquette».

    Attaque à la préfecture de police de Paris

    Une attaque au couteau s’est produite jeudi 3 octobre à la préfecture de police de Paris. Cette tuerie a fait quatre morts, dont trois policiers et un agent administratif, ainsi qu’un blessé grave. La police a réussi à abattre le tueur qui travaillait à la Direction du renseignement de la préfecture de police (DRPP).

    Après avoir découvert certains signes de radicalisation au domicile de l’auteur de l’attaque qui s’était converti à l’islam, les enquêteurs estiment qu’il s’agit d’une attaque djihadiste. L’affaire a été soumise au parquet national antiterroriste.

    Lire aussi:

    Seine-Saint-Denis: un homme muni d’un couteau crie en pleine rue «Allahu akbar» et meurt après s'être fait interpeller
    Des policiers «en embuscade» chargent des manifestants et renversent un paraplégique à Rennes - vidéo
    Retraites: Macron et Philippe ont-ils bafoué la Constitution en laissant Delevoye au gouvernement?
    Tags:
    suspects fichés "S", ministère français des Armées, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik