Ecoutez Radio Sputnik
    Une prison

    Un détenu a converti une surveillante à l’islam et la «téléguidait» via une oreillette

    © CC0 / Falkenpost
    France
    URL courte
    261756
    S'abonner

    Un prisonnier d’Argentan a réussi à établir une emprise psychologique sur une agent pénitentiaire, mariée et avec deux enfants. Il l’a poussée à se convertir à l’islam, à quitter son mari et à faire tout ce qu’il voulait via une oreillette. Les deux individus ont été jugés en comparution immédiate le 2 décembre et condamnés à de la prison ferme.

    Un détenu de la prison d’Argentan, dans l’Orne, condamné pour des agressions sexuelles et un viol, a réussi à déployer en trois mois une emprise totale sur une surveillante de l’administration pénitentiaire, rapporte Ouest-France, mardi 3 décembre. Les deux personnes ont été jugées en comparution immédiate lundi 2 décembre.

    Selon le quotidien, les faits se sont produits de septembre à novembre 2019. Tout a commencé quand le prisonnier du centre de détention d’Argentan a décidé de «piéger» la surveillante pénitentiaire alors qu’elle revenait de ses vacances d’été. Celle-ci est tombée dans les filets de ce détenu originaire d’Algérie de 37 ans, en succombant aux marques d’affection que celui-ci a commencé à lui montrer, jour après jour.

    «Il m’a dit que je lui avais manqué. Il était prévenant, gentil… Le 13 septembre, il m’a dit qu’il m’aimait», a affirmé la quadragénaire lors de sa comparution.

    Quand cette gardienne est tombée amoureuse du prisonnier, elle a perdu pied et fait entrer dans son sac de sport trois cartes SIM et cinq téléphones portables pour lui. En outre, elle a transporté 4.000 euros à Paris pour les poser sur le compte de son «amour».

    Sa vie change sous l’influence du détenu

    Le quotidien indique que l’agent pénitentiaire a alors décidé de se convertir à l’islam.

    «J’ai fait cela pour lui faire plaisir. Ce n’est pas mon monde, je n’aurais pas fait la prière», a-t-elle déclaré pour expliquer son acte.

    Le président du tribunal a précisé qu’elle s’était teint les cheveux en brun alors que ses parents et amis la connaissent avec les cheveux blonds depuis toujours. Elle a aussi décidé d’enlever le porc de son alimentation et de celle de ses deux enfants.

    Ouest-France souligne que le prévenu a réussi à lui faire déposer une demande de divorce et à quitter son mari.

    La situation s’est aggravée lorsque l’employée a accepté d’être dotée d’une oreillette pour que le détenu lui dicte ce qu’elle doit faire.

    «Elle vit en permanence téléguidée, résume l’avocate de la femme. Ce n’est qu’en garde à vue, ce week-end, qu’elle a pu enfin dormir!». La surveillante de l’administration pénitentiaire a raconté que le prévenu l’avait tout le temps guidé grâce à cette oreillette.

    Cet Algérien, qui est prévenu pour recel et a déjà été condamné pour plusieurs agressions sexuelles et un viol, a reconnu les faits et conclu: «Je regrette énormément ce qu’il s’est passé. Je suis musulman pratiquant mais pas plus que cela. Je m’excuse».

    Pour sa défense, la gardienne a affirmé avoir tenté d’envoyer des signaux de détresse à ses collègues ainsi qu’à la psychologue de la prison, mais personne n’a rien remarqué.

    D’autres tentatives de conversion à l’islam

    De plus, le procureur a révélé que le détenu avait «déjà tenté de convertir d’autres femmes de l’univers carcéral».

    Le détenu a été ainsi condamné à deux ans de prison avec mandat de dépôt et maintien en détention. Quant à la surveillante, elle a été condamnée à six mois de prison ferme avec mandat de dépôt. Sa peine sera aménageable.

    Lire aussi:

    Seine-Saint-Denis: un homme muni d’un couteau crie en pleine rue «Allahu akbar» et meurt après s'être fait interpeller
    Des policiers «en embuscade» chargent des manifestants et renversent un paraplégique à Rennes - vidéo
    Retraites: Macron et Philippe ont-ils bafoué la Constitution en laissant Delevoye au gouvernement?
    Tags:
    tribunal, islam, prisonniers, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik