France
URL courte
11364
S'abonner

Alors que Les Républicains veulent exclure de leurs rangs Erik Tegnér qu’ils accusent d’avoir entretenu des relations trop proches avec le Ressemblent national, Éric Zemmour prend la défense de ce partisan de l’union des droites et reproche au parti de Christian Jacob sa tendance centriste.

Depuis le 22 novembre, Erik Tegnér, membre de LR qui milite activement pour l’union des droites, fait l’objet d’une procédure d’exclusion. Aurélien Pradié, le nouveau secrétaire général de LR, l’a accusé fin novembre d’être «un porte-parole de Marion Maréchal» et d’«avoir accepté un poste au sein du Rassemblement national». Dans un commentaire au Figaro, Erik Tegnér, qui ne nie pas sa proximité avec Marion Maréchal, a rejeté la deuxième accusation avant de dénoncer «une chasse aux sorcières» au sein de LR.

Pour Éric Zemmour, qui a participé tout comme Marion Maréchal à la Convention de la droite le 28 septembre, dont Erik Tegnér était coorganisateur, cette procédure prouve que LR «n’a plus peur de rien».

Dans une tribune publiée par Le Figaro, l’éditorialiste estime que «ce jeune militant a commis un seul crime, celui de faire activement campagne pour l’union des droites» alors que selon tous les sondages, «au moins 30% des sympathisants LR» sont favorables à cette union. «Faut-il eux aussi les exclure? Ce parti ressemblait déjà de plus en plus à un club de retraités de la Côte d’Azur, il se dirigerait alors vers la cabine téléphonique», se demande l’écrivain.

«La tête juvénile de Tegnér au bout d’une pique est le cadeau de sacre de Christian Jacob. Avec Jacob, ce sont les chiraquiens qui reviennent en force à la tête du parti. Des chiraquiens dont on ne sait jamais si le plus grave est qu’ils n’aient pas de convictions ou qu’ils se soumettent toujours au politiquement correct. Des chiraquiens qui ont retourné l’antique principe "pas d’ennemi à droite" en "pas d’ennemi à gauche". Des chiraquiens qui estiment qu’on peut s’allier à LREM, mais pas au RN», poursuit-il.

Éric Zemmour a ensuite avancé son analyse de la stratégie actuelle de LR qui est celle «des chiraquiens» et est datée «d’après 1981», l’époque où «la ligne Chirac a conduit le RPR gaulliste dans les bras de l’UDF giscardo-centriste»:

«Une stratégie qui a tué le gaullisme, puis la droite, et a fait du Front national, qui n’en demandait pas tant, le réceptacle d’un électorat populaire en manque de nation, de drapeau, d’autorité, d’État».

Le problème est que «les chefs LR sont mûrs pour rallier Macron, tandis que l’électorat va continuer de se diviser entre les pôles macronien et lepéniste», constate l’écrivain qui rappelle que par le passé des personnalités politiques telles que Charles Pasqua et Alain Peyrefitte ont réclamé l’alliance entre le RPR et le FN. «Christian Jacob les aurait-il exclus?», s’interroge l’éditorialiste à la fin de sa tribune.

Lire aussi:

Deux explosions retentissent à Beyrouth, des morts et blessés - vidéos
Voici pourquoi il vaut mieux poser votre smartphone l'écran vers le bas
Trump désigne «la plus grande erreur» de l’Histoire des États-Unis
Menacé, cet homme s’est caché dans un bois pendant cinq ans avant d’être retrouvé par la police
Tags:
Les Républicains (LR), France, Eric Zemmour
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook