France
URL courte
4969263
S'abonner

Des policiers ont découvert une jeune fille de 16 ans détenue dans un immeuble à Gentilly comme travailleuse du sexe, forcée de faire «200 passes» en cinq jours, annonce Le Parisien. Cinq personnes liées à cette affaire ont été placées en garde à vue.

Une adolescente en fugue de 16 ans séquestrée dans un immeuble de Gentilly et réduite à la prostitution a été retrouvée par les policiers de la Brigade anti-criminalité de Villejuif, relate Le Parisien.

«200 passes» en cinq jours

Retenue dans un appartement contre sa volonté, la jeune fille a déclaré avoir fait «200 passes» en cinq jours. Même si le nombre des clients n’a pas été confirmé, la poubelle débordée de préservatifs usagés, ainsi qu’un matelas détérioré, suggèrent que les vrais chiffres ne se distinguent pas beaucoup de ceux qui étaient indiqués.

Selon les témoignages de l’adolescente originaire du Loiret, elle a fugué pour rejoindre un «ami» habitant à Clichy-sous-Bois, dont elle avait fait la connaissance sur les réseaux sociaux. Peu après, elle s’est lancée dans la prostitution dans les alentours de Montreuil avant d’être emmenée à Gentilly.

Privée de sommeil

Les clients venaient suite à une annonce publiée sur un site de rencontre. «Ces cinq derniers jours, elle n’avait le droit de dormir que deux ou trois heures par nuit», a souligné une source proche du dossier, citée par Le Parisien.

L’adolescente ne connaissait pas l’adresse de l’habitation jusqu’à ce qu’un client ne lui révèle. Après avoir reçu un message avec l’adresse, la mère de la fille l’a fait savoir à la police.

Dans le cadre de cette affaire, cinq personnes ont été interpellées et placées en garde à vue, a précisé le quotidien.

Lire aussi:

Bill Gates prédit l'apparition d'une nouvelle pandémie
Une frégate allemande arraisonne un navire turc faisant route vers la Libye - vidéo
Navire turc arraisonné par une frégate allemande, Ankara fulmine
Tags:
adolescents, garde à vue, mineurs, prostitution
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook