France
URL courte
3125
S'abonner

Un agent de la sûreté ferroviaire de la SNCF a laissé son chien mourir de faim. Le cadavre de l’animal a été retrouvé momifié à son domicile, en Seine-et-Marne. La fondation 30 Millions d’Amis a porté plainte.

La police de Coulommiers, en Seine-et-Marne, a découvert le cadavre d’un chien momifié chez un agent de la sûreté ferroviaire de la SNCF. Actu17 a confirmé ces informations révélées par la fondation 30 Millions d’Amis, qui a porté plainte pour abandon et acte de cruauté. Il s’agissait d’un Berger belge malinois de six ans, prénommé «Ivan», qui a servi dans la brigade cynophile avant de «prendre sa retraite».

L’agent assermenté a d’abord nié les faits, avant d’avouer qu’il avait laissé l’animal mourir de faim, prétextant qu’il ne supportait plus les crises d’épilepsie de celui-ci. Le rapport d’autopsie a indiqué un «possible décès par cachexie extrême», ce qui confirme la version du suspect. Le chien est décédé durant l’été et a été laissé en l’état, à l’air libre, pendant plusieurs mois.

Un chien qu’il possédait en secret

Selon le responsable des enquêtes à 30 Millions d’Amis, Arnaud Lhomme, l’agent avait caché à sa compagne l’existence de ce chien.

«L’homme semblait mener une double-vie et ne se rendait à son domicile que pour vérifier si le chien était mort», a-t-il témoigné sur le site de la fondation.

Au domicile du couple cette fois, un autre chien appartenant à la brigade cynophile leur a été retiré. Il a été emmené au Centre hospitalier vétérinaire d’Alfort, où il doit subir des examens complets. Selon Actu17, l’agent a été suspendu de ses fonctions à la SNCF.

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
Tags:
30 Millions d'Amis, Seine-et-Marne, SNCF, momification, malinois, chien de service, chiens
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook